Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Culture/Télé

Sortie en DVD du film ‘’Le dernier jour d’Yitzhak Rabin’’ d'Amos Gitaï

En multipliant des séquences d’une longueur parfois déconcertante, Amos Gitai plombe son propos et ne le fait jamais décoller de sa facture documentaire (DR).

Deux ans après la signature des accords d’Oslo, Rabin est assassiné par un extrémiste juif. Des failles sécuritaires aux campagnes haineuses, Gitaï relate le cheminement de cette tragédie nationale qui aura marqué l’Histoire d’Israël et de la région.

On dirait un ‘’docu-fiction’’ : cette forme de reportage qui mêle images d’archives, intermèdes pédagogiques et fiction… L’histoire est connue de tous. Il est cependant utile de s’y replonger avec, avouons-le, un véritable effroi au constat de cette atmosphère suffocante des derniers mois de l’année 1995 qui ont vu se radicaliser comme jamais, une large frange de la droite nationaliste israélienne. Une partie de l’opinion pour qui les accords d’Oslo et leurs conséquences tragiques selon eux, portaient la marque infâme d’un coupable : le Premier ministre Yitzhak Rabin (et son ministre des affaires étrangères Shimon Pérès). Terrible époque… En revanche, ce que l’on regrettera de la part d’un cinéaste certes engagé à gauche - mais suffisamment subversif pour qu’on puisse l’imaginer se soustraire à ses convictions personnelles -, c’est précisément cette distance qu’il aurait fallu, vingt ans après pour, sinon expliquer du moins suggérer le cheminement de cette guerre idéologique qui remonte à bien plus loin qu’il n’y paraît (l’épisode tragique de l’Altaléna par exemple). A contrario, en multipliant des séquences d’une longueur parfois déconcertante ou en proposant des caricatures d’extrémistes qu’on croirait tout juste sortis d’un sketch des Inconnus, Amos Gitai plombe son propos et ne le fait jamais décoller de sa facture documentaire.    


Powered by Edreams Factory