Default profile photo

04 Juin 2020 | 12, Sivan 5780 | Mise à jour le 04/06/2020 à 16h26

Chabbat Nasso : 21h31 - 22h56

Rubrique France/Politique

Six bonbonnes de gaz retrouvées dans une voiture devant la cathédrale Notre-Dame

Le véhicule était stationné Quai de Montbello, dans le Ve arrondissement, à proximité de la cathédrale Notre-Dame (Tripadvisor).

Un couple a été interpellé par la police mardi. La piste terroriste est étudiée.

 C’était le 24 mai dernier lors d’une audition devant l’Assemblée nationale. « Je suis persuadé qu’ils passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et ainsi qu’ils monteront en puissance ». Les prédictions du directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar, ont failli se matérialiser le week-end dernier à Paris. Une voiture sans plaque d’immatriculation contenant six bonbonnes de gaz a été découverte par la police, dans la nuit de samedi à dimanche. Le véhicule était stationné rue de la Bucherie, dans le Ve arrondissement, à proximité de la cathédrale Notre-Dame.

L’information, révélée par le Parisien, confirme les craintes des autorités et des responsables catholiques quant à la volonté des djihadistes de viser des lieux de culte catholiques. Le 26 juillet dernier, le prêtre de Saint-Etienne du Rouvray, Jacques Hamel (84 ans), a été égorgé dans son église par deux islamistes radicaux, Adel Kermiche et Abdel Malik Nabil-Petitjean, éliminés par les forces de l’ordre.

Un an plus tôt, presque jour pour jour, la revue Dar Al Islam, le magazine en ligne de Daech en français,  appelait à prendre pour cible des espaces très fréquentés, notamment des lieux de culte. « Toujours viser les endroits fréquentés, tels que les lieux touristiques, les grandes surfaces, les synagogues, les églises, les loges maçonniques, les permanences de partis politiques, les lieux de prêches des apostats ».



Un couple connu par les services de police 

Le Figaro rapporte mercredi que cinq des six bouteilles de gaz retrouvées étaient pleines, la dernière étant posée, vide, sur le siège avant du véhicule. « La voiture était libre de tout occupant, comme abandonnée » indique une source citée par le quotidien. « Les bonbonnes n'étaient reliées à aucun détonateur, aucune chaîne pyrotechnique». L'enquête a été confiée à la section antiterroriste de la Brigade criminelle de la DGSI.

Un couple originaire du Loiret a été placé en garde à vue mardi, dans le cadre d’une enquête préliminaire du chef d’association de malfaiteurs terroristes criminelle. Agés respectivement de 34 ans et 29 ans, selon BFM TV, cet homme et cette femme seraient connus défavorablement des services de police, selon France Info. 

Powered by Edreams Factory