Default profile photo

17 Décembre 2017 | 29, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Communauté

Comment résoudre des conflits à l’amiable au sein de la communauté

Crédit DR

Indépendant du grand rabbinat de France, malgré son appellation, l’Institut de médiation du grand rabbinat de France est une voie de résolution amiable alternative dans le cadre de litiges de toute nature : communautaires, professionnels, commerciaux, familiaux.

Au sein de la communauté juive, depuis mars 2016, a été créé l’Institut de médiation, qui permet aux personnes prises dans un conflit de parvenir à un accord acceptable dans le respect du droit français et de la tradition juive. Animé par les avocats Charles Meyer et Elisabeth Steiner, l’Institut n’est pas un Beth-Din et n’a pas vocation à juger, même si la solution trouvée en médiation peut être exécutoire et avoir la valeur d’un jugement. « Quand les deux parties parviennent à un accord, nous pouvons rédiger un protocole d’accord et si les parties le souhaitent, nous pouvons le faire homologuer par le tribunal », explique Elisabeth Steiner, avocate au Barreau de Paris, également administratrice du Consistoire de Paris et du Consistoire Central.
De 2011 à 2013, elle assurait déjà une permanence de consultations gratuites au service des divorces du Beth-Din de Paris. Elue en 2013 administratrice de l’ACIP, son président Joël Mergui la nomme présidente de la commission Famille à partir de janvier 2014. « Nous recevions des couples en souffrance et parvenions grâce aux techniques enseignées en médiation, comme l’écoute active ou la reformulation, à des accords acceptables. Forte de cette expérience, il m’a semblé souhaitable de doter la communauté juive d’un Institut de médiation et quand j’ai soumis mon projet au grand rabbin de France Haïm Korsia, il a été extrêmement enthousiaste. Il m’a indiqué que mon confrère Charles Meyer avait aussi un projet dans le domaine des affaires, et que nous devions réunir nos énergies », raconte Elisabeth Steiner.


Une méthode alternative pour éviter les procédures judiciaires

C’est pour éviter la voie judiciaire que les deux parties s’engagent en médiation, les procédures étant souvent longues, coûteuses et douloureuses. La médiation, elle, s’appuie sur la confiance, la confidentialité, la neutralité et l’impartialité des médiateurs pour faire émerger une solution. « Depuis le mois de mars, la plupart des médiations effectuées par notre équipe se sont soldées par des accords qui ont aussi permis de recréer du lien entre les personnes », analyse Me Steiner.
« Nous avons réglé des problèmes douloureux avec cette méthode alternative, en évitant des procédures stressantes et des conflits judiciaires », ajoute Me Charles Meyer. « En construisant une solution mutuellement acceptée, la médiation renvoie aux exigences du judaïsme de poursuivre inlassablement la paix sociale. L’Institut est totalement ancré dans le droit français, mais il s’inscrit aussi dans cette vocation  juive ».

(1) Renseignements : 01.49.11.46.54. Mail : mediationgrf@gmail.com

Powered by Edreams Factory