Default profile photo

22 Octobre 2017 | 2, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique Communauté

Le judaïsme libéral crée son Assemblée

Stéphane Beder, accoudé à la teva, préside la nouvelle fédération des communautés libérales. (DR.)

L'Assemblée du judaïsme libéral a été officiellement lancée le 24 novembre à la synagogue Copernic. Son but : fédérer et représenter les communautés de ce courant religieux au plan national.

« Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort ». Nous croyons judicieux de rappeler cette phrase écrite par l'immense journaliste Albert Londres (1884-1932), tant la simple évocation du judaïsme libéral suffit parfois à agiter les passions. Qu'on s'en réjouisse ou pas, le judaïsme libéral français s'est doté d'une structure : l'Assemblée du judaïsme français (AJF) qui chapeaute onze communautés. Cinq à Paris et six en régions et qui vise à « porter la voix » du judaïsme libéral, auprès notamment des pouvoirs publics et des courants libéraux du monde entier. L'AJF a aussi pour vocation de faciliter les coopérations et mutualisations entre les communautés (Union libérale israélite de France, Mouvement juif libéral de France, etc) dans divers domaines, mouvements de jeunesse, formation des rabbins, éducation, etc.
« Nos relations avec le Consistoire sont très réduites », note Stéphane Beder, le président de l'AJL. « Nous ne sommes représentés ni au Consistoire ni par le Consistoire, d'où notre souhait d'aller vers davantage d'unité ». Ce membre de la communauté Kehilat Guesher, dans le XVIIe, insiste sur un point: « Nous n'avons rien contre l'orthodoxie et nous sommes convaincus que plusieurs manières de concevoir et de vivre le judaïsme peuvent cohabiter sereinement ». Il rappelle les principaux marqueurs du judaïsme libéral : l'égalité complète entre hommes et femmes, l'inclusion des enfants dont seul le père est juif, la pleine acceptation des personnes LGBT et l'ancrage dans les valeurs modernes.


Deux millions de fidèles dans le monde
Le judaïsme libéral regrouperait pas loin de deux millions d'âmes de par le monde et il est majoritaire dans plusieurs pays, les Etats-Unis en tête. Dans l'Hexagone, ce courant est en croissance mais la France est l'un des rares pays de Diaspora où il ne représente qu'une petite minorité des juifs « communautaires ». Ici, à l'occasion des fêtes de Tichri, environ 10.000 personnes fréquentent les synagogues dites libérales ou réformées. C'est assez peu, mais Stéphane Beder et ses amis sont convaincus « que la majorité de la communauté est en fait, dans la pratique, proche du judaïsme libéral même sans le savoir ».

Powered by Edreams Factory