Default profile photo

25 Juin 2017 | 1er, Tammuz 5777 | Mise à jour le 23/06/2017 à 12h34

1er juillet 2017 - Chabbat 'Houkat : 21h39 - 23h03

Rubrique Communauté

Youd Tet Kislev au Palais des Congrès : une affluence record !

La communauté a célébré avec faste la libération de rabbi Chnéour Zalman. (DR.)

Certains se demandaient pourquoi une si grande salle pour la fête de Youd Tet Kislev ? Mais très vite, les prévisions furent dépassées et la grande salle du palais des Congrès s’avéra trop petite.

La communauté parisienne et même française était avide de célébrer avec faste une date aussi importante que celle de la libération de rabbi Chnéour Zalman, de s’abreuver à ses sources et de reprendre des forces pour une nouvelle année ‘hassidique. Une telle soirée ne s’improvise pas : une préparation minutieuse avait été nécessaire et le résultat fut absolument parfait, tant au niveau technique qu’au niveau du programme proposé par le Beth Loubavitch.
Très vite, l’accent fut mis sur le point essentiel : ce n’était pas seulement une commémoration de libération mais plutôt l’intériorisation de concepts fondamentaux du judaïsme qui était recherchée. Aussi bien la musique que les discours : tout concourait à donner l’image la plus complète et la plus ressentie d’un judaïsme heureux et profond qui, malgré une histoire tragique, surmonte toutes les difficultés.
Saluons la performance de l’orchestre de Yossef Brami qui sut galvaniser le public et susciter l’enthousiasme des jeunes, des familles, des nouveaux venus, des étudiants, des anciens… Présentée par le rav Guedalia Nisenbaum, la soirée vit se succéder des chanteurs de tous âges et des orateurs unis par un même désir de partager l’expérience d’un judaïsme fidèle à la tradition et révolutionnaire par son ambition : permettre à ce monde d’accueillir le Machia’h ! Avez-vous déjà tenté de diriger une chorale ? Ce pari fou, le Beth Loubavitch l’a réussi et les élèves du ‘Héder ont donné l’exemple d’une jeunesse disciplinée, attentive et capable d’une belle unité : en solo ou en chœur, les garçons étaient au diapason de la soirée, unis par le cœur et l’esprit au message de rabbi Chnéour Zalman.
Impressionné par la présence du rav Michel Guggenheim, grand rabbin de Paris et grand ami du mouvement Loubavitch, le public a applaudi ses paroles d’encouragement à propager la lumière : lumière de la Torah, lumière de ‘Hanouka, lumière de la ‘Hassidout. Venu spécialement d’Israël, Chlomo Brodowicz a renoué le contact avec la France. Connu pour ses inestimables traductions d’œuvres maîtresses du judaïsme, il sut capter l’attention de tous en mêlant ses souvenirs à la situation actuelle.
Le public ne se lassait pas de ses paroles mais l’heure tournait. Le chant « Pada Bechalom » fut alors interprété par ‘Haïm Sudri et l’orchestre de Yossef Brami, repris en chœur par l’assemblée et même dansé avec fougue par des jeunes gens sur la scène. Le Palais des Congrès était visiblement la salle idéale pour cette manifestation d’envergure et s’avérait même trop petit pour ces milliers de sympathisants de tous bords. D’autres chants, d’autres chanteurs et enfin le discours final prononcé par le rav Mendel Azimov qui a notamment remercié le SPCJ qui assurait la sécurité.
L’orchestre entama alors Haadéret Veaémouna, l’hymne ‘hassidique chanté sur l’air de la Marseillaise. On quitta la salle les yeux encore brillants de la magie de cette soirée magnifique, en se promettant d’étudier avec encore plus d’ardeur le Tanya de rabbi Chnéour Zalman. 

Powered by Edreams Factory