Default profile photo

11 Décembre 2017 | 23, Kislev 5778 | Mise à jour le 10/12/2017 à 13h04

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Israël

Qui est David Friedman, le prochain ambassadeur des Etats-Unis en Israël?

En Israël, on se félicite du choix de Donald Trump (Wikipedia).

La nomination de l'avocat d'affaires est accueillie avec satisfaction dans la coalition israélienne.

David Friedman sera-t-il le premier ambassadeur des Etats-Unis « à Jérusalem, capitale éternelle de l'Etat d'Israël » ? C'est en tout cas le vœu de l'intéressé, qui l'a posté sur son compte Twitter peu après l'annonce de sa désignation. Si le président américain élu voulait marquer la rupture avec l'administration sortante, il a certainement atteint son but avec cette nomination.
Les deux hommes se connaissent depuis quinze ans. L'avocat spécialiste des liquidations judiciaires avait notamment défendu les intérêts de  Donald Trump lors de la faillite de son casino d'Atlantic City. Quand le candidat républicain part en campagne, c'est tout naturellement vers son « conseiller loyal et ami fidèle » qu'il se tourne pour l'éclairer sur le dossier israélien. « Ses liens forts en Israël sont la base de sa mission diplomatique et seront un atout énorme pour notre pays, alors que nous resserrons les liens avec nos alliés et que nous voulons atteindre la paix au Proche-Orient » a déclaré le président élu en annonçant l'identité de son nouvel ambassadeur.


Sceptique sur la formule de deux Etats
David Friedman n'a jamais fait mystère de son soutien à Israël, mais aussi à la poursuite de la construction dans les implantations, tant dans ses déclarations aux Etats-Unis que dans la chronique qu'il tient régulièrement sur le site d'Arutz Sheva. Son style en revanche, n'est pas précisément diplomatique. Sceptique sur la formule de deux Etats, David Friedman n'hésite pas à accuser le Département d'Etat d'antisémitisme ou le lobby juif américain libéral J Street d'être « pire que des kapos ». Sans oublier qu'il ne parle jamais de "territoires occupés" ou de "Cisjordanie" mais seulement de "Judée-Samarie". Ce qui est logique pour le président de l'association des amis américains de l'implantation de Beit-El.
 En Israël, on se félicite du choix de Donald Trump. Côté palestinien en revanche, l'arrivée de David Friedman est perçue comme une très mauvaise nouvelle.

Powered by Edreams Factory