Default profile photo

24 Octobre 2017 | 4, Heshvan 5778 | Mise à jour le 23/10/2017 à 19h07

28 Octobre - Chabbat Lekh Lekha : 18h21 - 19h23

Rubrique Sport

Football : Xavier Tomas, ce défenseur d’Israël

Crédit : Wikipedia

Avec Johan Audel(Bétar Jérusalem) et Rudy Haddad (Hapoël Ashkelon), il est l’un des trois représentants français à émarger au sein de l’élite israélienne. Portrait de ce libéro de 30 ans qui évolue au Bnei Yehouda, dans la banlieue de Tel-Aviv.

Passé par Gueugnon et Tours, Xavier Tomas s’éclate depuis 2015 en Israël, un pays qu’il a rejoint après une expérience intéressante dans le Championnat grec. Evoluant dans le modeste club de Bnei Yehouda (D1), le défenseur central semble se plaire sur place. « La vie est top, déclarait-il en octobre au magazine So Foot. J’habite en banlieue de Tel-Aviv, à un quart d’heure du centre. En France, on se fait l’image d’un pays en guerre. Les médias nous le décrivent comme ça en tout cas. Mais, en fait, pas du tout. Je me suis déplacé sur place pour voir. J’ai trois enfants et je ne peux pas les emmener n’importe où. Et quand je suis arrivé, le pays m’a séduit. Tout est nickel, tu sens que tu es en sécurité. Déjà, quand tu passes à l’aéroport, ils t’auscultent de partout. Ils ont exactement le même protocole que les Américains et prennent les mesures nécessaires. J’ai ensuite discuté avec le coach qui me voulait et j’ai dit à ma femme : « Ok, on y va ! »

« Ce qui m’a vraiment surpris, c’est le niveau technique »

Et de poursuivre : « Pour mes enfants, on a trouvé une école française. C’est un plus qui n’est pas négligeable. J’ai pris goût à Israël. En France, on a une vision particulière de ce pays, avec les bombes et compagnie. En tous les cas, je me sens plus en sécurité ici qu’en France, car les Israéliens prennent leurs précautions ». Sur le niveau de jeu israélien : « Ça se rapproche plus de la Grèce que de la France. Il y a pas mal de supporters, c’est sympa, et il y a des grosses cylindrées comme le Maccabi Tel-Aviv, Beersheva, ou le Maccabi Haïfa. On a de très belles installations, neuves pour la plupart. Au niveau du jeu, c’est plus fin que la Grèce, ça joue peut-être un peu plus, parce que le Championnat est un peu plus homogène. Ce qui m’a vraiment surpris, c’est le niveau technique. Mais physiquement, ils manquent de gabarit. Ils jouent au ballon, ce ne sont pas des bourrins et c'est ce qui m’a plu. Ils ne balancent pas le ballon devant. Il y a une sorte de philosophie, ils essaient de jouer. C’est pas mal. Actuellement, tu as une équipe, l’Hapoël Beersheva, qui se débrouille bien. Leur victoire contre l’Inter Milan (en Ligue Europa) a montré que c’était vraiment une équipe qui savait jouer au ballon. Ce n’est pas du flan, quoi. Puis, dans le Championnat, le style de jeu est plutôt offensif ».

Powered by Edreams Factory