Default profile photo

06 Juin 2020 | 14, Sivan 5780 | Mise à jour le 04/06/2020 à 16h26

Chabbat Béhaalotékha : 21h36 - 23h01

Rubrique Communauté

Disparition du rabbin Morde’haï Bélinov, une figure du mouvement Loubavitch français

Le rav Belinov dirigeait les institutions Habad d’Aubervilliers. (Hassidout.org)

Le rav Morde’haï Bélinov a rendu son âme à son Créateur, après une longue maladie. Il avait 79 ans.

Né en 1938 à Klimovitch, rav Bélinov réussit à quitter l’Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale, en profitant des accords permettant aux « citoyens polonais de rentrer chez eux ». A son arrivée à Paris – après de multiples péripéties – il y rencontra le gendre du Rabbi précédent, celui qui allait lui succéder, Rabbi Mena’hem Mendel Schneerson. Il fut l’un des premiers élèves de la nouvelle Yechiva installée à Brunoy et y fut remarqué pour sa diligence et son assiduité. 

Recommandé par ses professeurs, les regrettés rav Nissan Némanov et rav Israël Noa’h Belinitsky, il se mit au service du Rabbi qui lui recommanda d’étudier la Halakha au niveau pratique. Après son mariage avec Chéïna Rivka Lévine, il se rendit, à l’instigation du Rabbi, à Marrakech pour y apprendre la Che’hita, l’abattage rituel. Il donnait aussi un cours à la Yechiva locale qui, de quinze élèves, passa rapidement à plus d’une centaine. A Pourim 1961, il fut brutalement arrêté par les autorités marocaines, accusé de « sionisme », emprisonné, puis finalement renvoyé en France. 


Directeur du Comité des Rabbanim Loubavitch

Employé par le Consistoire de Paris, il fut nommé chef du département de la Che’hita et, grâce à ses compétences, assura à la communauté juive de Paris de la viande cachère de haut niveau. Outre ses activités au service de la cacherout, rav Morde’haï Bélinov donnait des cours à la Yechiva de Brunoy où il avait étudié. Bien vite, son autorité en matière de décision légale (Psak Din) fut reconnue par tous et il fut nommé directeur du Comité des Rabbanim Loubavitch – avec les regrettés rav Hillel Pevzner et rav Chmouël Azimov. Par ailleurs, il dirigeait les institutions Habad de la communauté d’Aubervilliers et répondait à des Chéélot (questions de Halakha) qu’on lui adressait du monde entier. 

Ses enfants et nombreux petits-enfants sont eux-mêmes devenus des rabbanim et Chlou’him (émissaires du Rabbi), en Israël, aux États-Unis, à Brunoy et à Saint-Denis en France. Il a été enterré sur le Mont des Oliviers jeudi 14 Tévet (12 janvier). 

Powered by Edreams Factory