Default profile photo

16 Novembre 2018 | 8, Kislev 5779 | Mise à jour le 14/11/2018 à 18h15

17 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h51 - 18h00

Rubrique Communauté

Beya’had lance un concours littéraire

Le prix Ana Vasquez-Bronfman sera remis au printemps. (DR)

Actualité juive est partenaire du concours littéraire de l’association Beya’had,ouvert à toutes les jeunes filles de 3e à la Terminale scolarisées dans les collèges et les lycées juifs de France.

Beya’had, c’est cette association très originale qui met en relation des adolescents bénévoles avec des adolescents en situation de handicap pour qu’ils passent du temps ensemble, en général le dimanche. L’association de Levi Vasquez-Bronfman est à l’origine de plusieurs amitiés qui ne se démentent pas malgré les âges et surtout les années. Et pour encourager les jeunes filles à donner de la voix, à transmettre leur expérience et offrir à toutes celles qui ne sont pas bénévoles la possibilité de s’exprimer, il vient de lancer un Concours littéraire sur le thème de la solidarité, du respect de l’autre et/ou de la différence. 


Le talent d’écriture des jeunes filles

Originaire d’Amérique du Sud, où les concours littéraires pour les jeunes font totalement partie de la culture, Levi Vasquez-Bronfman veut promouvoir la créativité des jeunes filles, parfois timides et effacées. « Qui sont mieux placées que les jeunes filles pour promouvoir et défendre nos valeurs essentielles de générosité, de solidarité et de don de soi ? », dit le responsable. « Et quoi de mieux que l'écriture pour faire ressortir les talents cachés et le désir de communiquer ces valeurs ? ». Il a lui-même grandi avec cet élan de liberté et cette ouverture au monde. Sa mère, Ana Vasquez-Bronfman, était une écrivain, professeur et chercheur au Chili. Elle a publié de nombreux ouvrages de psycho-sociologie de l’enfant dont certains ont  été traduits en français. La famille s’est, en effet, installée ici au lendemain du coup d’Etat de 1973. 

Le Prix Ana Vasquez-Bronfman est ouvert jusqu’au 10 avril 2017. Les jeunes filles doivent présenter un récit, un conte ou une nouvelle  courte, écrits en français et d’une longueur comprise entre trois et huit pages dactylographiées. Le jury, composé d’enseignants et de journalistes, déterminera les gagnantes au printemps. Le premier prix s’élève à 300 euros, le second à 200 euros et le troisième à 100 euros. Mais surtout, les meilleurs textes seront publiés dans un recueil. Et ça quand on est jeune, ça n’a pas de prix.  

  1. Renseignements : 06.19.68.12.40. Site Internet : www.beyahad.fr
Powered by Edreams Factory