Default profile photo

24 Octobre 2017 | 4, Heshvan 5778 | Mise à jour le 23/10/2017 à 19h07

28 Octobre - Chabbat Lekh Lekha : 18h21 - 19h23

Rubrique France/Politique

Ariel Goldmann : Après l'Hyper Cacher, restons vigilants

(Crédit : Alain Azria)

Le billet du président du FSJU.

Deux ans après la tuerie de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, deux ans après « cet acte antisémite effroyable » selon les propres mots de François Hollande, la communauté juive de France est toujours sous le choc. Souvenons-nous à jamais des noms de ces quatre victimes exécutées froidement. 

Yohan Cohen, 20 ans, étudiant et employé du magasin ; Philippe Braham, 45 ans, cadre commercial, frère du rabbin de la synagogue de Pantin ; François-Michel Saada, 64 ans, cadre supérieur à la retraite ; Yoav Hattab, 21 ans, fils de Benyamin Hattab, grand rabbin de Tunis, directeur de l'école juive de Tunis. 

Souvenons-nous que ces noms gravés dans nos cœurs, suivirent ceux des suppliciés de Toulouse  assassinés en  mars 2012: Myriam Monsonego, 8 ans, Gabriel et Arieh Sandler, 4 et 5 ans, et leur père Jonathan, réunis au cimetière de Har Hamenouhot ou ils ont été inhumés. 

Depuis Toulouse cette barbarie n’a cessé de meurtrir notre communauté et notre nation, indistinctement dans une folie meurtrière que rien ne semble vouloir arrêter.

Se souvenir c’est ne jamais céder à l’oubli qui guette et ronge aussi nos sociétés.  C’est pour cela que nous célébrons et célébrerons la mémoire des victimes de la Shoah comme  celles de Toulouse et de Vincennes. En deux ans, beaucoup de choses ont changé ! Le regard de la communauté nationale sur le terrorisme et/ou l’islamisme est devenu différent. L’opinion publique qui ne se sentait pas concernée par le martyr d’Ilan Halimi ou par la mort des enfants d’Ozar Hathorah a pris conscience brutalement que les juifs étaient les cibles privilégiées mais plus exclusives des fanatiques islamistes. 3.7 millions de personnes descendirent dans la rue, unis et solidaires.



« Les attaques islamistes se multiplient à travers le monde selon de nouveaux modes opératoires»


Mais comme souvent, une fois  passée l’émotion les crispations resurgissent et les forces les plus obscures sont à nouveau à l’œuvre. 

La France qui fut Charlie mais qui ne fut pas, dans son ensemble, l’Hyper Cacher, comme elle ne fut jamais Ozar HaTorah ne réalise pas qu’une même histoire se raconte depuis 2012. Alors nous devons rester vigilants ! Comment ainsi ne pas être révulsé lorsqu’un journal d’extrême droite comme Rivarol organise l’an passé et en toute impunité un dîner durant lequel Faurisson chantre du négationnisme se fait applaudir par une assemblée dans laquelle se trouve le directeur de Radio Courtoisie.

Comment ne pas être crispé quand on nous renvoie à notre présumé communautarisme lorsque nous dénonçons ces agressions, celles de l’extrême droite comme celles de l’extrême gauche.  Comment ne pas être inquiet de voir le Front National s’approcher dangereusement du pouvoir.

Comment ne pas être révolté quand les attaques islamistes se multiplient à travers le monde selon de nouveaux modes opératoires : Nice, Berlin mais aussi (et toujours) Jérusalem.

Alors il est vrai que malgré les mesures exceptionnelles prises par Bernard Cazeneuve pour protéger nos lieux de cultes et nos écoles, nous ne pouvons cesser de nous interroger sur notre place dans la société française et  sur cette tentation du « départ » vers Israël La « banalisation » de l’acte antisémite est toujours ancrée dans les esprits. Un terroriste qui assassine à bout portant une enfant juive, parce qu’elle est juive ne déclenche pas de manifestation, ni de marche blanche. De notre côté nous continuons de nous battre pour que la communauté organisée puisse se développer et s’épanouir, comme elle le veut et là où elle le désire.

C’est à cet égard une source de fierté pour moi de pouvoir dire que depuis 2015 quasiment aucune manifestation ou activité de la vie juive en France, n’a été empêchée ou annulée à cause du contexte sécuritaire et d’affirmer que le FSJU et son président continuent et continueront à se battre pour la défense des valeurs de la République : à entretenir une relation constante et constructive avec les pouvoirs publics,  à représenter dans toutes ses dimensions  (éducation, société, jeunesse, vie associative et culture) la Communauté juive de France. 

Powered by Edreams Factory