Default profile photo

24 Octobre 2017 | 4, Heshvan 5778 | Mise à jour le 23/10/2017 à 19h07

28 Octobre - Chabbat Lekh Lekha : 18h21 - 19h23

Rubrique Sport

Quand la FIFA entre en jeu

(DR)

L’adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU, le 23 décembre, de la résolution condamnant l'activité israélienne dans les territoires de Judée-Samarie et de Jérusalem-Est a résonné jusqu’au siège de la Fédération internationale de football.

« La FIFA sous pression après le vote de l’ONU sur les colonies israéliennes », titrait la version web de l’Equipe, le 29 décembre dernier. L’instance internationale doit  statuer d’ici un mois sur le sort de six équipes israéliennes évoluant en Cisjordanie (en 3ème, 4ème, 5ème division du Championnat local). Selon l’ONG américaine HRW, ces clubs évoluent au mépris du droit international. Un de ses responsables, Sari Bashi, a affirmé que « la résolution de l’ONU rend beaucoup plus difficile pour la Fifa de prétendre, qu’autoriser des clubs israéliens à jouer dans des colonies est acceptable ». « La résolution statue clairement que les colonies n’ont pas de validité juridique. Ce qui doit inciter les Etats et les organismes internationaux comme la Fifa à établir une distinction entre Israël et les  territoires occupés ».

Ce n’est pas la première fois que le sujet revient à la surface. En octobre dernier, la Fédération palestinienne avait exhorté les dirigeants de la planète football à mettre hors du terrain l’Etat hébreu. Pour le président de la FIFA, Gianni Infantino, la résolution de ce différend entre Palestiniens et Israéliens constitue une « priorité ». « Je suis toujours confiant qu’avec le dialogue, avec la discussion, en parlant justement sport et en ne se laissant pas politiser, on puisse trouver une solution », avait-il déclaré

Powered by Edreams Factory