Default profile photo

23 Septembre 2017 | 3, Tishri 5778 | Mise à jour le 20/09/2017 à 12h11

Rubrique Culture/Télé

A lire : Va chez la voisine…

Geneviève Brisac retranscrit le récit de sa voisine juive.

Leurs voisines inspirent parfois les écrivains. Des lettres que Proust envoya à Mme Williams, au 102 boulevard Haussmann, Gallimard avait tiré un « vrai petit roman ». Voilà qu’en remontant de la cave où elle vient de remiser les restes d’un « passé qui se fait poussière », la narratrice est abordée par une voisine. Elle a entendu la romancière évoquer Charlotte Delbo, pour le centenaire de la résistante déportée à Auschwitz et Ravensbrück. Dès lors, Charlotte Delbo incarne une prétérition : comme elle, Eugénie, alias Jenny, alias Nini n’avait pas l’intention d’écrire, insolente, « le énième Tartempionne à Auschwitz ». Pas devant l’ascenseur. Mais dans son appartement, elle ouvre les portes d’un monde de fantômes. Ceux de Rivka Rajsfus et Nuchim Plocki, ses parents « polonais, juifs et athées », émigrés en France avec la certitude d’une vie meilleure. A travers les souvenirs de Jenny, Geneviève Brisac traverse le siècle, au rythme d’un « roman vrai » dans lequel les deux femmes brouillent les temporalités et les topographies : le Paris des années 30, les trahis de la révolution russe, les geôles du Grand Est, l’Allemagne nazie, le rejet d’un judaïsme traditionnel, les mesures antijuives, l’étoile qu’il faut coudre soi-même et la rafle du Vel d’Hiv à laquelle elle va échapper, grâce à la clairvoyance des parents. De sa mère, féministe, elle a juste le temps de recevoir, en héritage, les recommandations ultimes sur les hommes, les enfants, l’amour. De son père, elle a gardé un bout de papier arrivé jusqu’à son frère et elle par miracle. Il y est écrit, en yiddish « Tsuzamen tsu Lebt un hoft » Ensemble, Vivez et espérez. Cette injonction d’outre-tombe s’affranchit du domaine de l’histoire et rejoint, comme le souhaitait Appelfled dans « L’héritage nu » (L’Olivier, 2006), celui de l’Art. « La ténacité, l’entêtement sont des vertus littéraires et politiques » conclut Geneviève Brisac. A moins que ce ne soit Jenny. Ou Charlotte Delbo et ses compagnes qui, descendant du convoi du 24 janvier 1943, entonnèrent La Marseillaise…


Geneviève Brisac, « Vie de ma voisine » Grasset, 128 pages, 13 euros

Powered by Edreams Factory