Default profile photo

19 Novembre 2017 | 1er, Kislev 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Culture/Télé

A la télé ce soir: Les Justes de l'hôpital Rothschild (Arte)

(Crédit : FAMILLE PIERRONET)

Ce documentaire, une rediffusion, raconte l’histoire de l'hôpital Rothschild durant l’Occupation. Un lieu où étaient soignés les juifs et où on parvenait à en sauver certains de la fatalité des camps.

C’est au milieu du XIXe siècle que James de Rothschild fait construire un hôpital à Paris au 76, rue de Picpus. Ouvert le 25 mai 1852, l'hôpital Rothschild avait initialement vocation à soigner les patients de religion juive. Son fondateur ne pouvait se douter du rôle qu’il allait devoir jouer durant la Seconde Guerre mondiale. 

Le documentaire de Jean-Christophe Portes et Rémi Bénichou retrace l’histoire sous l’Occupation de l'hôpital Rothschild. C’est à partir de décembre 1941 que l’établissement, en partie réquisitionné par la Préfecture de Police, devient un hôpital « prison ». Le personnel doit soigner les détenus juifs tombés malades dans les camps d’internement, comme celui de Drancy, où bien évidemment les conditions de vie sont plutôt des conditions de mort. Une fois remis sur piedS, ils sont envoyés vers les camps d’extermination. Un sort ignoré alors par Colette Brull-Ulmann. Colette est âgée de 21 ans lorsqu’elle commence à y travailler comme interne. Étudiante juive en médecine, elle ne pouvait plus continuer sa formation classique depuis octobre 1940. La loi ne permettait plus aux juifs de travailler au contact du public. L'hôpital Rothschild est alors le seul hôpital français où les médecins juifs peuvent encore exercer. Colette Brull-Ulmann est la dernière survivante d’un réseau méconnu qui est parvenu à sauver des juifs de l’hôpital. En priorité des enfants. 

C’est la rafle du Vel d’Hiv’ qui fera prendre conscience à Colette Brull-Ulmann de l’urgence de faire quelque chose. 61 détenus sont envoyés en deux jours dans un état catastrophique. Le réseau parvient à prolonger ou inventer des maladies, à maquiller le registre des décès, à organiser des évasions…

Le témoignage de Colette Brull-Ulmann est essentiel pour le travail de mémoire. Dans le documentaire, elle rencontre trois enfants de l’époque qui ont été sauvés. Henri, Maurice et Edwige. Les retrouvailles sont, comme on peut s’en douter, bouleversantes. 


Sur France 5 : « Les enfants juifs sauvés de l'hôpital Rothschild », dimanche 19 février 2017, 22h40.

Powered by Edreams Factory