Default profile photo

24 Novembre 2017 | 6, Kislev 5778 | Mise à jour le 24/11/2017 à 14h02

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Culture/Télé

Le poto électrique

« Cordialement » de Jonathan O’Donnell. (DR)

Coup de projecteur sur Jonathan O’Donnell qui sait capter la tension.

« Mon père est juif, ma mère est pauvre. Ça va, j’ai le droit de faire des vannes sur les Juifs, je suis juif, j’ai le totem d’immunité.» C’est avec ce ton taquin et décontracté que Jonathan O’Donnell tamise la salle du Théâtre Bo Saint-Martin, le lundi soir dans « Cordialement ». Blouson, jean, t-shirt, un naturel sympa et avenant, il déroule son texte, improvise, discute avec les spectateurs comme s’il était à une soirée entre potes. Et le courant passe. S’inspirant d’anecdotes autobiographiques, l’humoriste de 30 ans parle de ses petits boulots, de son logement parisien (« au 5e étage, sans ascenseur, sans escalier »), du célibat, des sites de rencontres, de la drague, de la religion, des enfants  (« j’aime bien les enfants, mais quand je n’ai aucun lien avec eux »), du mariage, du divorce de ses parents, de ses vacances à Las Vegas (« tout ce qui se passe à Vegas, te file des MST »), des SMS, du service RH dans lequel il travaillait, de son enfance en Picardie et des ennuis judiciaires qu’il a eus à cause de Jean-Luc Reichmann. Le talent de raconteur, l’aisance scénique et les fulgurances osées font de ce spectacle sans prétention un moment bien agréable. Egalement chroniqueur sur Rire & Chansons et Youtubeur, Jonathan O’Donnell transmet là une bonne énergie.   


Tous les lundis à 21h30. Au Théâtre Bo Saint-Martin : 19 boulevard Saint-Martin - 75003 Paris.

Powered by Edreams Factory