Default profile photo

22 Septembre 2020 | 4, Tishri 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Chabbat Haazinou - Chabbat Chouva : 19h06 - 20h09

Rubrique France/Politique

François Hollande et Benoît Hamon soutiennent Mahmoud Abbas contre la loi sur la régularisation des implantations

Benoît Hamon et Mahmoud Abbas, mardi soir 6 février, à Paris (Facebook Benoît Hamon par Mathieu Delmestre).

Le président de l'Autorité palestinienne était à Paris mardi.

Après le président, le candidat. Mahmoud Abbas était à Paris, mardi 7 février, pour une visite diplomatique au cours de laquelle il a pu constater l’intérêt porté par les responsables français à la question palestinienne et à la relance du processus de paix. A l’Elysée, M. Abbas s’est entretenu avec François Hollande qui a estimé vouloir « croire qu'Israël et son gouvernement peuvent revenir sur ce texte et peuvent reculer ». La Knesset a voté le 6 février une loi sur la régularisation des implantations dites illégales en Judée-Samarie. L’ONU et l’Union européenne ont condamné cette disposition législative, « en infraction avec la loi internationale et [qui] aura d'importantes conséquences juridiques pour Israël », selon le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui s’est exprimé dans un communiqué.

« Nous allons travailler avec les tribunaux internationaux pour préserver notre identité nationale et nos terres », a de son côté menacé Mahmoud Abbas, reçu dans la soirée par Benoît Hamon.

 « Je lui ai renouvelé ma volonté de reconnaître l'Etat palestinien une fois élu Président de la République » a déclaré sur Facebook le vainqueur de la primaire de « La belle alliance populaire ». « Nous partageons une conviction commune : cette reconnaissance est un préalable indispensable au processus de paix ». 

Powered by Edreams Factory