Default profile photo

24 Mars 2017 | 26, Adar 5777 | Mise à jour le 23/03/2017 à 17h41

Chabbat Vayakel-Pekoudé : 18h51 - 19h59

Rubrique Israël

Le sommet mondial du financement participatif à Jérusalem

(DR)

L'investissement populaire dans des start-up prometteuses est plus qu'une mode, c'est devenu une discipline financière à part entière. Et où mieux que dans la Nation start-up trouver les plus belles pépites ?

Ce 16 février, tout ce qui compte dans la révolution technologique du XXIe siècle s'est donné rendez-vous dans la capitale israélienne. C'est le centre névralgique où l'on discute des tendances et des nouveaux marchés, où l'on découvre les dernières "licornes" bricolées dans des garages ou dans les labos d'entreprises qui vont faire avancer le monde. Un eldorado accessible à tous, puisqu'il se finance grâce au « crowdfunding », ce mot barbare qui désigne le recours en ligne aux petits investisseurs, qui comme les grands, prennent des parts dans les projets qu'ils subventionnent, parfois seulement avec quelques dizaines d'euros.

   Ce mode de financement participatif est d'autant mieux accueilli en Israël, que le pays est largement engagé dans le développement des nouvelles technologies, réalisant ainsi le rêve du défunt Shimon Pérès, qui y voyait une promesse de prospérité pour son peuple. Au sommet 2017, tous les domaines dans lesquels les jeunes pousses israéliennes se distinguent sont représentés. Des biosciences à l'intelligence artificielle en passant par des secteurs en plein essor comme la Fintech, la technologie de la finance, la médecine ou encore l'agriculture. OurCrowd présente plus de 300 entreprises qui recherchent un financement à plus de 5 000 participants venus d'Israël et du monde entier.

Israël est plus que jamais un pôle d'attraction dans la planète high-tech. Tel-Aviv est désormais classée 3e mondiale au palmarès des villes start-up, derrière la Silicon Valley, mais devant Londres, New York et Pékin. Un dynamisme qui se retrouve dans les chiffres. En 2016, le secteur de la haute technologie a représenté avec 24,5 milliards d'euros 49% des exportations israéliennes. Il faut encore y ajouter les exportations de services qui forment aussi une part importante pour le marché israélien, comme le développement de programmes et d'applications. Ainsi dans le secteur de la cybernétique, Israël fait figure de puissance mondiale, dont il occupait déjà entre 5 et 10% du marché en 2015.


La Chine a compris l’intérêt d’investir dans les start-up israéliennes

Israël sait aussi conquérir de nouveaux marchés et n'a pas attendu les pays occidentaux pour se tourner vers le continent asiatique. La Chine a compris l'intérêt d'investir dans les start-up israéliennes pour profiter de leurs développements technologiques et en tirer atout face à la concurrence internationale. Il ne se passe pratiquement plus un mois sans qu'un géant chinois comme Alibaba ou Baidu signe un accord d'investissement avec une entreprise israélienne. Aujourd'hui un tiers des investissements dans le high-tech israélien viennent de Chine et de Hong Kong. 

L'innovation israélienne fait littéralement partie de son ADN. Contraint par les circonstances depuis l'origine à improviser des solutions, des ressources et des technologies pour pallier son manque de matières premières, lutter contre un climat hostile et se défendre contre ses ennemis, Israël a dû sans cesse faire preuve d'innovation et de créativité dans tous les domaines. Ce faisant, elle n'a fait que perpétuer une tradition qui a toujours poussé le peuple juif à anticiper, ne serait-ce que pour sa propre survie. Pour son sommet 2017, OurCrowd a choisi pour slogan "le futur est ici". Une devise qu'Israël pourrait reprendre à son compte.

Powered by Edreams Factory