Default profile photo

30 Mai 2017 | 5, Sivan 5777 | Mise à jour le 29/05/2017 à 15h58

Chabbat Nasso : 21h28 - 22h52

Rubrique Israël

La France fait son cinéma

(Flash90.)

Depuis 14 ans, c’est le rendez-vous incontournable du public israélien avec le cinéma français. Au programme, du 16 mars au 5 avril, quinze films, des courts-métrages, des documentaires et un hommage à Jean-Paul Belmondo.

Cette année, le Festival a choisi de faire la part belle à l’enfance, l’adolescence et la famille. C’est « Un sac de Billes » qui ouvrira ces trois semaines entièrement consacrées au 7e Art Français. D’après le roman éponyme de Joseph Joffo, la caméra de Christian Duguay suit Maurice et Joseph, deux jeunes frères juifs qui, dans la France occupée, sont envoyés par leurs parents en zone libre et déploient des trésors de malice et de courage pour échapper aux allemands et retrouver leur famille. Autre film sur l’enfance,

« Un cœur en braille » de et avec Michel Boujenah, tout comme « Primaire », le film d’Hélène Angel, où Sara Forestier, professeure des écoles, sacrifie tout pour aider un enfant en difficulté. L’adolescence sera évoquée avec « Corniche Kennedy », le film de Dominique Cabrera qui met en scène des ados marseillais et dans « Le ciel attendra » de Marie-Castille Mention-Schaar, deux adolescentes, Sonia et Mélanie, font face aux dangers de l’embrigadement islamique. « Au nom de ma fille », de Vincent Garenq, suit Daniel Auteuil à la recherche de la vérité sur la mort de sa fille alors que Sylvain Desclous, le réalisateur de « Vendeur », brillamment porté par Gilbert Melki, aborde une relation père/fils complexe. Et c’est avec « Demain, tout commence », que se terminera le festival, une comédie avec un Omar Sy qui se retrouve du jour au lendemain papa. Au menu aussi des courts-métrages. « Zéro de conduite », réalisé en 1933 par Jean Vigo, « L’Odyssée » de Jérôme Salle avec Lambert Wilson dans le rôle du commandant Cousteau et « Cézanne et moi » de Danielle Thompson qui narre l’amitié entre Paul Cézanne, incarné par Guillaume Gallienne, et Emile Zola campé par Guillaume Canet. Et c’est à l’As des As du cinéma français, Jean-Paul Belmondo, qui fête le 60e anniversaire de sa carrière, que le Festival a choisi de rendre hommage. L’occasion de revoir trois de ses films. « Les mariés de l’an deux », « L’homme de Rio » et « Pierrot le fou ». 

Powered by Edreams Factory