Default profile photo

21 Novembre 2018 | 13, Kislev 5779 | Mise à jour le 19/11/2018 à 15h42

Rubrique Israël

Chine-Israël : l’excellence d’une coopération

Binyamin Netanyahou et le Président chinois Xi Jinping à Beijing le 21 mars 2017 (FLASH90)

La visite de Binyamin Netanyahou en Chine se veut un tournant dans les relations bilatérales : renforcer les liens entre les deux pays par l'économie dans leur intérêt mutuel.

La Chine n'est pas une découverte pour le Premier ministre israélien. Il y était déjà venu en 2013. Le 25e anniversaire des relations bilatérales était une excellente occasion de constater le chemin parcouru et surtout de baliser le nouveau cap pris au cours des dernières années : celui d'un partenariat économique de plus en plus étroit. Binyamin Netanyahou a été reçu avec tous les honneurs par les dirigeants chinois, qui lui ont déroulé le tapis rouge au propre comme au figuré. Le chef du gouvernement israélien s'est entretenu avec son homologue chinois Li Keqiang avec qui il a convenu d'accélérer la mise en place de l'accord de libre-échange entre leurs deux pays et celle d'une commission spéciale de coopération économique bilatérale. Binyamin Netanyahou a également rencontré le président Xi Jinping. 

Parallèlement à ses entretiens politiques, le Premier ministre israélien a activement participé à l'aspect purement économique de sa visite. Accompagné de cinq ministres et de plus d'une centaine de chefs d'entreprise, Binyamin Netanyahou a pris part au Forum de l'Innovation, auquel assistaient plus de 800 entrepreneurs chinois. Le chef du gouvernement israélien a également rencontré les 11 patrons les plus puissants du pays. Les PDG d'Alibaba, Wahaha, Lenovo ou Baidu, qui pèsent chacun plusieurs dizaines de milliards de dollars sont déjà presque tous présents sur le marché israélien où ils souhaitent encore développer leur activité. M. Netanyahou s'est félicité de l'intérêt du patronat chinois pour Israël : « cela veut dire la création de nouveaux emplois, le développement du commerce, l'entrée d'Israël sur les grands marchés chinois. C'est une bonne chose pour les citoyens et pour l'économie d'Israël ».

La visite de la délégation israélienne a aussi été l'occasion de signer plusieurs accords bilatéraux dans le secteur de l'aviation, de la coopération scientifique et du bâtiment qui prévoit l'arrivée de 20 000 ouvriers chinois supplémentaires sur les chantiers israéliens. L'accord de libre-échange en cours de négociation depuis plusieurs mois devrait quant à lui être finalisé pour le mois de juillet.


Stabilité

La Chine ne se contente pas d'exporter ses produits manufacturés vers Israël. Elle a aussi compris l'attractivité israélienne en matière de technologie et ce qu'elle peut lui apporter pour le développement de sa propre économie, à l'intérieur et sur la scène mondiale. Ses investissements dans les firmes israéliennes de high-tech, de biotechnologies, d'agronomie, des énergies renouvelables ou des technologies de l'eau sont en hausse constante. De son côté, Israël doit encore améliorer sa connaissance de la Chine et de ses marchés, ce à quoi travaillent activement le ministre des Affaires étrangères, l'Institut israélien pour l'export, mais aussi les universités. 

La Chine qui est aujourd'hui la deuxième puissance mondiale, joue plus la carte économique que politique pour s'imposer face aux pays occidentaux ou à la Russie. C'est encore sur l'économie et le développement des infrastructures que Pékin a pu s'assurer de bonnes relations aussi bien avec l'Iran qu'avec les pays arabes sunnites au Moyen-Orient. Israël a donc tout intérêt à se rapprocher encore de la Chine à travers son économie en insistant sur sa stabilité dans une région qui en manque cruellement. Cela contribuera à renforcer Israël, sans compromettre son alliance stratégique avec les Etats-Unis.

Powered by Edreams Factory