Default profile photo

17 Octobre 2017 | 27, Tishri 5778 | Mise à jour le 17/10/2017 à 12h19

21 octobre 2017 - Chabbat Noah' : 18h34 - 19h35

Rubrique Monde juif

Et la Matsa sans gluten ?

Les obligations du seder posent certaines difficultés aux intolérants au gluten.

Difficile d’éviter désormais les rayons « sans gluten » dans les supermarchés et les librairies. A la veille de Pessah, on peut trouver de la Matsa « no glu » sur Amazon ou sur le site Codedelacacherout.com. Au-delà de la tendance alimentaire, le sujet revêt, à Pessah, une certaine urgence pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque, une maladie digestive synonyme d’intolérance au gluten. La loi juive définit en effet les conditions dans lesquelles doit être réalisé le commandement (mitsva deoraïta) de manger de la matsa, le soir du seder : celle-ci doit impérativement être produite à partir de farine de blé, d’orge, d’avoine, de seigle et/ou d’épeautre. Or le gluten se trouve précisément confiné dans ces céréales et le moindre contact avec cette protéine de réserve est néfaste aux personnes cœliaques. Comment dès lors concilier les deux obligations, rituelle et sanitaire ?

La complexité du problème impose de soumettre la question à une autorité rabbinique. On lira néanmoins avec intérêt la réflexion hala’hique proposée par le Conseil rabbinique de Chicago dans sa lettre électronique « Sappirim ». Publiée en 2009, l’étude propose trois solutions : la  matsa à l’avoine, faible en gluten, et de préférence vierge de traitement thermique ; la matsa mixte « riz-blé », ce produit n’étant pas toutefois encore commercialisé ;  un seul kazaït (l’équivalent du volume d’une grosse olive) de matsa chemoura classique, uniquement le premier soir de Pessah. 

Powered by Edreams Factory