Default profile photo

27 Mai 2017 | 2, Sivan 5777 | Mise à jour le 26/05/2017 à 12h37

Rubrique Régions

Strasbourg : Un futur prêtre se forme dans une école juive

Yonathan Lilti et Etienne Daubié ont eu l'occasion d'échanger autour des textes bibliques. (DR)

Un étudiant en théologie a choisi d'effectuer son stage de pédagogie religieuse au sein de l'école Tachbar. Une rencontre féconde pour tous.

Etienne Daubié a 22 ans et veut devenir prêtre. Pour ce faire ce Parisien a rejoint, après les classes préparatoires littéraires, la faculté de théologie catholique de Strasbourg hébergée au Palais universitaire, situé juste à côté de l'école primaire Tachbar. Quand il a fallu choisir un stage d'observation – généralement effectué dans des paroisses ou des hôpitaux -, Etienne, issu d'une famille chrétienne et philosémite, a fait le choix de traverser la rue Goethe et de s'immerger, quatre heures par semaine pendant cinq semaines, dans une école juive orthodoxe.

Il se dit « très heureux » de tout ce qu'il a pu découvrir pendant son stage. S'il maîtrise le grec et le latin, ce jeune homme qui se sent « appelé par D.ieu à la prêtrise » n'étudie l'hébreu que depuis peu et est très impressionné par le niveau des élèves. « J'ai à peine le niveau en hébreu des élèves de CP », explique-t-il en souriant. Il ajoute que le meilleur professeur de latin qu'il a eu  utilisait les mêmes méthodes d'enseignement que ce qu'il a observé à Tachbar. La capacité des enseignants de kodech à faire vivre des textes a priori difficiles fut une autre découverte de ce stage réalisé avant Pessah. 

« Lorsque j'ai appris que les CP étudiaient le Lévitique, j'ai eu un peu peur. Les textes de l'Ancien Testament sont souvent mal compris ou mal étudiés  dans le monde catholique. Mais je comprends mieux maintenant : quand un texte est expliqué avec du jeu et des chants, ça devient plus clair ! La réactivité des enfants est étonnante. »

Yonathan Lilti, responsable de l'école qu'il a fondée en 1982, juge « très positive et féconde » cette expérience qui le « comble de bonheur ». « Nous nous sentons en harmonie avec notre voisinage dont la faculté de théologie fait partie. Je suis très flatté de recevoir cette personne qui ne me prend pas pour un épouvantail. » Etienne Daubié n'avait pas besoin de cette immersion pour éprouver de la sympathie pour le judaïsme ; mais ce stage lui a donné une connaissance plus concrète de la réalité juive. Persuadé que « le cours d'eau du judaïsme abreuve le christianisme », ce jeune homme humble et réfléchi croit en la « mise en place d'une fraternité entre juifs et chrétiens ». « Nous devrions moins craindre de témoigner les uns les autres de notre foi et d'être vraiment nous-mêmes, sans fausse pudeur ni prosélytisme bien sûr. Nous pourrions ainsi nous enrichir, enrichir le monde et même le sauver ! » 

Powered by Edreams Factory