Default profile photo

27 Mai 2017 | 2, Sivan 5777 | Mise à jour le 26/05/2017 à 12h37

Rubrique Culture/Télé

Gainsbourg sous le prisme des femmes

Dans ce documentaire, véritable portrait de l’artiste, Serge Gainsbourg se dévoile et est dévoilé par celles qu’il a toujours aimées, les femmes. Un hommage bien documenté qui ravira ses fans et les nouvelles générations qui le méconnaissent.

En 1986, Michel Drucker reçoit Whitney Houston dans sa célèbre émission « Champs-Elysées ». Serge Gainsbourg est également invité. L’artiste américaine, alors âgée de 22 ans, faisait son premier grand média en France. De cette rencontre est née une scène culte qui résume assez bien la personnalité complexe de Gainsbourg. Michel Drucker prend la parole. « Serge, dites-lui que vous l'avez trouvée sublime ». « She's a genius » répond-il, la qualifiant de « génie ». Puis, il lâche cette phrase, « I said I want to fuck her », qui se passe de traduction. Un échange difficile à imaginer aujourd’hui à la télévision. C’est assez paradoxal. On évolue dans une société plus libérée qu’au 20e siècle, avec des avancées marquantes, et pour autant, elle semble plus policée. Ce portrait de Serge Gainsbourg est donc l’occasion de redécouvrir l’art de la provocation, la clope au bec. Une autre époque assurément. 

Ce documentaire a été réalisé par Didier Varrod et Pascal Forneri. Didier Varrod, qui est également journaliste, est un habitué du docu-portrait. Avant Gainsbourg, il y a eu Renaud, Julien Clerc, Yannick Noah… Selon lui, « appréhender les différents degrés de lecture de la provocation chez Gainsbourg permet de décrypter un personnage subtil, pétri de contradictions assumées, et de convictions romantiques ». Pour être riche et célèbre, il fallait d’abord devenir un professionnel de la provocation. Gainsbourg le dit d’ailleurs lui-même, « je savais qu’à 30 ans j’allais faire des chansons d’avant-garde pour choquer et me faire remarquer. Ça a réussi ». Et puis, quand ce n’est pas pour lui, il écrit aussi pour les autres, avec parfois un style métaphorisé bien à lui. France Gall en a fait l’amère expérience en 1966 avec la chanson « Les sucettes », pour laquelle deux niveaux de lecture sont possibles. C’est pour les vingt ans de la disparition de Serge Gainsbourg, né Lucien Ginsburg, de parents immigrants russes juifs, que ce film de 2011 lui rend hommage et retrace sa vie, son œuvre, sous le prisme des femmes. Témoignent notamment Jane Birkin, Juliette Gréco, Vanessa Paradis, Bambou, Brigitte Bardot, Françoise Hardy ou encore sa fille Charlotte. Les images d’archives sont nombreuses et permettent de redécouvrir ses textes et mélodies.

 Pour ceux qui l’ignorent, Serge Gainsbourg a aussi écrit en 1967, « Le Sable et le Soldat », une marche militaire pour remonter le moral des troupes israéliennes pendant la guerre des Six Jours. 

France 3 : « Gainsbourg,  l’homme qui aimait les femmes »,  le 19 mai 2017, 20h55.  (A enregistrer)

Powered by Edreams Factory