Default profile photo

20 Septembre 2017 | 29, Elul 5777 | Mise à jour le 20/09/2017 à 12h11

Rubrique Régions

Mein Kampf vendu au Salon du Livre !

Jean-François Téaldi (à gauche) face au bouquiniste. (DR)

Un bouquiniste présent au Salon du livre a créé la polémique en vendant des exemplaires de « Mein Kampf ».

Dimanche 4 juin, Jean-François Téaldi, élu de Cagnes-su-Mer et auteur apprend avec sidération qu'un élu vendait « Mein Kampf » sur son stand ; il va immédiatement interpeller le libraire. « C'est vous le responsable du stand ? Vous n'avez pas honte de proposer Mein Kampf, Brasillach et Drieu La Rochelle dans la ville où ont été déportés Simone Veil et des centaines d'enfants juifs ? » Le bouquiniste lui répond que « Mein Kampf » est dans le domaine public et que sa vente n'est donc pas illégal. Ce à quoi l'ancien journaliste a rétorqué : « Si vous diffusez ''Mein Kampf'' il faut que ce soit avec l'avertissement que ce pamphlet a causé la mort de millions de personnes, or ce n'est pas le cas. Retirez ''Mein Kampf'' ou je le fais moi-même ». Le libraire a finalement retiré les exemplaires de « Mein Kampf » en dénonçant la « censure d'une expression culturelle ». « Le nazisme n'est pas une expression culturelle !» a immédiatement réagi l'élu communiste.

Une journaliste de France 3 a filmé la scène… mais le reportage prévu n'a finalement pas été diffusé au motif qu'un juriste a affirmé au rédacteur en chef que vendre « Mein Kampf » n'était pas illégal – ce qui, d'après la jurisprudence, est loin d'être si simple. Le refuge « légaliste » a donc empêché les téléspectateurs d'être informés de cette affaire ahurissante.

David Nakache, président de l’association « Tous citoyens ! » s’indigne et demande à la mairie de cesser toute collaboration avec ce bouquiniste. La municipalité, qui a qualifié la vente de ces livres de « moralement inacceptable » qu'elle précisera dès l'année prochaine aux exposants que ce type de livre n'a pas sa place au Festival.

Powered by Edreams Factory