Default profile photo

25 Juillet 2017 | 2, Av 5777 | Mise à jour le 25/07/2017 à 17h24

29 juillet 2017 - Chabbat Devarim (Chabbat 'Hazon) : 21h16 - 22h31

Rubrique Communauté

Mobilisation fidèle des jeunes autour du prix Kaminski

Le Grand Rabbin Olivier Kaufmann, Patrick Chlewicki, et David-Olivier Kaminski. (Marylou Tremil)

Le mercredi 28 juin, au Mémorial de la Shoah, sous l’égide du partenariat conclu entre la synagogue Charles Liché et le Mémorial, s’est tenu la 8e remise du Prix Bruno Durocher-Kaminski, récompensant les jeunes du Talmud-Torah et les post Bar et Bat-Mitsva ayant mené à bien un projet mémoriel autour de la Shoah. En présence de Nicole Gdalia-Kaminski, directrice des Editions Caractères, Jacky Fredj, Patrick Chlewicki, président de la synagogue, Karen Fredj, directrice du Cosajor, Evelyne Gougenheim de l’Acip, Dominique Friedman de l’agence 7 et demi, Annie Rapoport-Rayski, Marlène Mardycks et Eddy Bokobza administrateurs, cette soirée-phare a rassemblé autour de Elie Lebaz, Margaux Koren et Anouk Helft, responsables des EI de la Place des Vosges, un parterre dense de jeunes, qui à travers l’hommage rendu à Bruno Durocher Kaminski, le « Rimbaud de la poésie Polonaise », ont  honoré l’ensemble des victimes de la Shoah, sous le signe de la fidélité, de la résistance à l’antisémitisme, et de la responsabilité à perpétuer les valeurs Juives. Tel fut le ton de cette soirée, ouverte par le Grand Rabbin Olivier Kaufmann, qui après avoir remercié la famille Kaminski, Jacky Fredj, ainsi que Barbara Mellul et Adeline Salmon de l’équipe pédagogique, fit valoir aux jeunes présents qu’ils étaient « nos étoiles dans ce monde troublé et obscur… »
Dans le prolongement du Grand Rabbin, Jacky Fredj confia sa satisfaction de voir que ce « Prix remplissait parfaitement son rôle de transmission », avant que maître David Olivier Kaminski, initiateur du Prix en mémoire de son père, ne fasse part de sa reconnaissance au Grand Rabbin Olivier Kaufmann et à toute l’équipe du Mémorial pour encadrer les jeunes, à l’heure « où l’on a beaucoup de mal à reconnaître le crime antisémite, à l’instar de l’affaire Halimi » et enfin inciter chacun « à ne jamais se taire, c’est cela être Juif ! » Lors de cette soirée exceptionnelle se firent entendre le violon de David Coleman, les chants nostalgiques de Lia Mouchenik, et Amandine Meyer, tandis qu’une quinzaine d’EI se relayèrent pour lire des extraits de la biographie de Bruno Durocher-Kaminski, cette grande figure Juive, qui eut à subir l’innommable dans les camps nazis. Au cœur de cette célébration, le prix Johanna Haya Causanski, de mémoire bénie, attribué à Alexis Berrebi, pour son dévouement auprès des élèves du Talmud Torah, fut remis par Marlène Mardycks. Quant aux jeunes de la branche perspective, ils rendirent compte de leur voyage en 2016 sur les traces de la culture Juive en Europe, avant de transmettre le flambeau au nouveau groupe de 2017. Enfin, Armand Berneman, projeta des extraits du film consacré à la rencontre avec Joseph Joffo, auteur du « sac de billes », organisée par Margaux Koren, et Anouk Helft. Une réussite, en forme de purs actes de Mémoire, que nous devons à tous ces jeunes.

Powered by Edreams Factory