Default profile photo

25 Juillet 2017 | 2, Av 5777 | Mise à jour le 25/07/2017 à 17h24

29 juillet 2017 - Chabbat Devarim (Chabbat 'Hazon) : 21h16 - 22h31

Rubrique Culture/Télé

Les dernières heures de Mohamed Merah

Parmi les 1480 spectacles qui animent le OFF du Festival d'Avignon, l’un d’eux fait particulièrement parler de lui et pour cause, cette pièce intitulée « Moi, la mort je l'aime comme vous aimez la vie », mise en scène et jouée par Yohan Manca, s’inspire des dernières heures de la vie du terroriste. A partir des verbatim des négociations entre lui et la police publiés à l’époque dans Libération, l’écrivain Mohamed Kacimi a reconstitué et romancé cette pièce que Thierry Fiorile de FranceInfo qualifie de « pari osé et réussi. »

Le dialogue image ainsi la discussion entre le meurtrier et un policier: « J'ai pris mon scooter, je suis rentré chez moi et j'ai commandé une pizza aux quatre fromages », lance ainsi Merah joué par Manca après la fusillade devant l'école primaire. « Mais tu pensais à quoi quand tu tirais à bout portant sur la gamine de trois ans ? », lui demande le policier, de l'autre côté de la cloison. « Je pensais à Youtube », répond le jeune homme.

Une psychologisation du meurtrier qui a de quoi choquer. En effet, une pièce qui raconte les dernières heures de celui qui a tué sept personnes à bout portant en 2012 a de quoi faire frémir. Quand ceux qui défendent le projet dont le but est « de comprendre et non d’excuser », d’autres appellent à interdire la pièce. Le BNVCA a fait savoir dans un communiqué qu’il déposait plainte pour apologie du terrorisme et antisémitisme contre les auteurs de la pièce, ainsi que contre le Président du Festival et autres responsables. « Le BNVCA exige du festival le retrait immédiat de cette pièce et sa déprogrammation sans délai. » indique le communiqué.

Powered by Edreams Factory