Default profile photo

27 Mai 2022 | 26, Iyyar 5782 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Israël

Sète : Il y a 70 ans, l'Exodus

Le fameux bateau portant l'inscription "Yetsiat Europa" (sortie d'Europe)

Le 11 juillet 1947, l’Exodus s’éloignait des quais du port de Sète pour gagner la Terre d’Israël malgré le blocus britannique. A bord, 4551 hommes, femmes et enfants juifs rescapés de la Shoah. 70 ans après, c'est le temps du souvenir et des commémorations.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, entre un million et demi et deux millions de Juifs voulaient quitter l’Europe, refusant de retourner dans leur pays d’origine. Affrété par la Haganah, un vieux bateau panaméen devait attirer l’attention du monde sur les restrictions britanniques à l’immigration juive. Il s’agissait de réunir sur un même navire des milliers de réfugiés pour tenter de forcer le blocus anglais. Les autorités françaises firent preuve d’une bienveillante complicité en permettant l’embarquement de milliers de rescapés juifs dont les faux passeports et les faux visas d’entrée en Colombie furent validés sans difficulté.
Le navire se dirigea vers Sion, déployant fièrement le pavillon à l’étoile de David et portant à sa proue, en lettres hébraïques, son nouveau nom : « Yetziat Eiropa 5707 », c’est-à-dire, « Sortie d’Europe 1947 ». Alors qu’il approchait du port de Haïfa, le navire fut arraisonné par les Britanniques : des commandos l’attaquèrent, tuant un membre de l’équipage et deux passagers dont un adolescent de 15 ans, dernier survivant d'une famille disparue dans la Shoah. Plus de 150 réfugiés et membres d'équipage furent blessés, parfois très gravement.
Arrêtés, ils furent transférés sur trois bateaux transformés en prisons flottantes qui prirent la direction de l’Europe et jetèrent l’ancre dans la rade de Port-de-Bouc. Un bras de fer s’engagea alors avec l’Angleterre. Les passagers refusèrent de descendre à terre, certains entamant une grève de la faim. Les autorités françaises contrarièrent les Anglais en n’imposant pas l’évacuation du navire.
Ces souffrances ne furent pas inutiles ! L’émotion considérable soulevée dans les opinions publiques contribua à convaincre le gouvernement britannique de mettre fin au mandat de la SDN sur la région. Cette opération contribua à la sympathie de l’opinion publique mondiale envers les rescapés de la Shoah. Quelques mois plus tard, l’Assemblée générale de l’ONU approuva le partage de la Palestine entre Juifs et Arabes.

Powered by Edreams Factory