Default profile photo

19 Novembre 2017 | 1er, Kislev 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique France/Politique

Procès Merah : « La mère Merah me traitait de sale juive »

L'ex-femme du frère aîné de la fratrie a été entendue mardi matin au Tribunal de grande instance de Paris (DR).

Depuis l’ouverture du procès d'Abdelkader Merah, le 2 octobre, la parole se libère au tribunal sur les passions antijuives de sa famille. Anne C., l’ex-femme de l’un des frères, rapporte des anecdotes glaçantes.

Anne C., ex-femme du frère aîné de la fratrie a été entendue ce matin au Tribunal de grande instance de Paris, pour témoigner de l’ambiance qui régnait au sein de la famille Merah. « Je suis l'ex-compagne d'Abdelghani Merah, j'ai rencontré Abdelkader quand j'étais jeune. J'avais 16 ans », explique-t-elle. « Avec Abdelkader, on était plutôt complices. Je le trouvais plus intelligent que le reste de la famille. Je crois qu’Abdelkader a compris qu’en s’en prenant à moi, il pouvait toucher plus facilement Abdelghani. ».

C’est dès ce moment-là qu’elle reçoit les premières insultes dues à ses origines juives. « Moi la première fois que j'ai été traitée de "sale juive" et crachée dessus par la mère Merah, j'avais 16 ans », témoigne-t-elle. « Quand ils étaient en colère après Abdelghani, ils disaient "ta sale juive", "sale français". Sa maman essayait de se justifier en disant que, pour une française, j'étais quand même mieux que certains arabes. » 


« Dans la maison tout était détruit, c'était le chaos ».

Anne C. passe outre et développe une relation de confiance avec la famille Merah. « En fait, moi je leur ai jamais fait de mal aux Merah et je les considérais comme mes petits frères et soeurs. Je sais qu'ils me voyaient comme la française mais je pense qu'ils m'aimaient bien quand même », raconte-t-elle. Elle rapporte également des scènes d’une rare violence.  La mère punissait son fils Mohamed à coups de « fils électriques » puis elle voyait la mère elle-même « griffée, mordue par ses fils ». Après les scènes de violence, « dans la maison tout était détruit, c'était le chaos ».

Le point d’orgue arrive lorsque Abdelkader Merah entre dans le salafisme juste après avoir donné 7 coups de couteau à son frère Abdelghani. « Quand Abdelkader est rentré dans la religion, je me suis dit que c'était un bien, qu'il allait aller dans le droit chemin… mais ensuite, c'est allé crescendo. On est devenus des mécréants, des kouffars… Puis leur grand rêve à Mohamed et Abdelkader, c'était Ben Laden. »

Powered by Edreams Factory