Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Communauté

Franck Dubosc : « Je me sens responsable »

Séquence émotion à l’OPEJ pour Franck Dubosc (DR)

Depuis le mercredi 15 novembre, la campagne nationale pour la Tsédaka trouve un très large écho dans la communauté, au sein des écoles, des synagogues, des associations et des mouvements de jeunesse. La rigueur du contexte économique et l’augmentation des besoins engagent le FJSU, ses professionnels et ses bénévoles, à relever le défi d’une très grande collecte, généreuse et exemplaire. Les parrains Amir et Franck Dubosc sont sur les starting-blocks. Chacun doit se mobiliser.

Actualité Juive : Avez-vous été surpris qu’on vous propose ce rôle de parrain de la Tsedaka ?
Franck Dubosc :
C’est à la fois une surprise et une grande fierté qu’on ait fait appel à moi pour défendre cette belle action qu’est la Tsedaka. J’avais participé plusieurs fois à la grande soirée de solidarité en tant qu’artiste. Et j’y venais toujours en prenant un maximum de plaisir. Cela s’est donc vu du côté des organisateurs. J’en suis ravi. Je suis aujourd’hui flatté qu’on sollicite mon envie de donner aux autres. N’étant pas de confession juive, me reconnaître en tant que parrain de la Tsedaka est un beau symbole d’ouverture. Ma démarche est plus humanitaire que communautaire. Dans le passé, j’ai été impliqué également pour d’autres causes comme le Téléthon. Aider les autres, cela n’a pas de prix. On se sent responsable.

A.J.: Vous avez été touché par votre visite à l’OPEJ. Racontez-nous.
F. D. :
J’ai vu des enfants de toutes les couleurs, de toutes les religions. Mais avant tout unis et heureux. C’était très émouvant. 

A.J.: La soirée du 18 décembre s’annonce exceptionnelle. Pouvez-vous nous dévoiler quelques surprises ?
F. D. :
En plus d’interpréter les nouveaux sketchs de mon spectacle, je vais essayer de chanter. Ma prestation ne sera pas aussi belle que celle d’Amir ! Mais cela vaudra quand même le détour car je compte bien donner de la voix en hébreu…

A.J.: Connaissiez-vous Amir auparavant ?
F. D. :
J’ai dû le croiser quelque fois sur des plateaux de télévision. Mais j’ai vraiment appris à le connaître depuis le coup d’envoi de la campagne. Je l’apprécie car en plus d’être sympa, il véhicule une grande humilité. l

Powered by Edreams Factory