Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Culture/Télé

Avishai Cohen se fait chanteur

Après une dizaine d'enregistrements pour lesquels il a rempli les salles, le contrebassiste Avishai Cohen, a décidé de jouer de sa plume pour écrire de belles chansons. C'est le tout nouvel opus "1970" (Sony/Masterworks). Le 27 novembre il sera sur la scène de l'Olympia (mais pas que*), pour le présenter à son public.

Actualité Juive : Votre nouveau cd "1970" annonce à la fois votre année de naissance et une couleur musicale. C'était votre intention?

Avishai Cohen : Je chante deci delà depuis 15 ans et le public dit qu'il aime. C'est pour cela que j'ai décidé de faire un disque de chanteur de A à Z. A part cela les années 70 dans la pop musique anglaise et américaine sont les années les plus créatives. Personnellement j'aime en particulier la musique noire des Afro-Américains. 


A.J.: Vous signez les paroles des chansons qui appellent à la sérénité et à l'amour et vous changez de formation avec une couleur plus electrique. Vous abandonnez le jazz ? 

A.C. : Non, je joue toujours du jazz instrumental et je continuerai à le faire, c'est dans mes gènes, mais aujourd'hui je propose cette musique pop et je chante. Ce n'est pas du jazz mais j'y suis toujours très lié. Tout est sous le même parapluie. 


A.J.: Vous êtes père de famille, à quand une chanson sur la paternité ? 

A.C. : Je n'ai pour l'instant pas trouvé de mots interessants à écrire mais j'essaye d'être un bon père. Je n'ai pas besoin d'en parler mais çà peut venir. 


A.J.: Qu'est-ce qui a motivé la chanson d'ouverture "This is a song of hope" ? L'espoir c'est quoi pour vous ?

A.C. : Je l'ai composée après avoir écrit l'ensemble des chansons. Je vis dans une période vraiment bizarre, en termes de ce qui se passe dans le monde et je me fais du souci. J'ai écrit les paroles dans l'avion de retour de France. A la maison au piano la musique est venue. Je voulais écrire cette fois sur ce qui se passe. Naturellement je suis plus musicien qu'écrivain mais j'aime écrire. Pour moi l'espoir c'est la musique, l'amour, la patience et la tolérance.  


A.J.: Votre voix change quand vous chantez en hébreu ou en anglais. Dans quelle langue préférez-vous chanter ?

A.C. : En anglais mais je me sens pareil quand je chante en hébreu. Pour être honnête c'est lorsque je chante en espagnol que je me sens différent mais il n'en reste pas moins que l'anglais est vraiment une langue facile à utiliser pour chanter.  


A.J.: Vous signez la musique du film "Le sens de la fête", comment s'est fait la rencontre avec les réalisateurs ?

A.C. : Je jouais à la Philharmonie et ils sont venus me voir après le concert pour me dire qu'ils aimaient ma musique. Qu'ils l'écoutaient pendant qu'ils travaillaient au script et qu'ils voulaient que je fasse celle de leur film. 


« Pour moi l'espoir c'est la musique, l'amour,la patience et la tolérance. »


A.J.: Certains morceaux sont des reprises. Qu'avez-vous appris de cette expérience ?

A.C. : Presque tous les morceaux sont effectivement des reprises. J'ai appris beaucoup. A titre de musicien ma perception de l'image et de la musique n'était pas la bonne. J'ai appris qu'une musique triste peut accompagner des images joyeuses j'ai aussi appris (grand éclat de rire) que j'ai beaucoup à apprendre. Faire ce travail a été un cadeau pour moi. C'est eux qui ont choisi les morceaux et j'ai aidé à la mise en forme tout en respectant leurs intentions sans massacrer les morceaux. 


A.J.: Après être passé l'année dernière à la Philharmonie vous avez fait escale en mars au Sunset, le club où vous vous êtes fait connaître en France. Ce sont des mondes très différents. 

A.C. : J'avais le sentiment qu'il fallait que je rende en retour quelque chose au club et aux personnes qui m'ont soutenu dans mes débuts. Jouer dans une salle où le public est très proche de moi est très important. Dans une grande salle la distance est plus grande mais mon rôle est de faire que le public se sente le plus proche possible de ma musique même s’il y a de la distance. 


Concert 22/11 Espaces Jacques Prévert Aulnay-sous-Bois ; 27 Olympia; 28 Théâtre L'Eclat Pont Audemer ; 29 Le Roudour St Martin des Champs ; 30 La Nouvelle Vague St Malo

Powered by Edreams Factory