Default profile photo

11 Décembre 2017 | 23, Kislev 5778 | Mise à jour le 11/12/2017 à 13h41

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Israël

La technologie israélienne face aux antisémites

L'unité Cyber de la Police Isrélienne (FLASH90)

Antisémites, antisionistes, négationnistes, prenez garde ! Les très malins algorithmes israéliens resserrent leur étau…

Force est de constater que la toile est devenue l’espace privilégié de propagation du discours antisémite et antisioniste complètement décomplexé. Pour le museler, Israël adapte son excellence technologique au monde virtuel. De nombreuses sociétés de haute technologie, dirigées généralement par d’anciens officiers du renseignement militaire, ont développé des algorithmes très puissants capables de détecter et localiser les publications incriminables d’antisémitisme et de sa forme mutante moderne, l’antisionisme, de délégitimation de l’Etat d’Israël ou encore négationnistes. 

Une autre a elle conçu une carte mondiale interactive sur laquelle sont localisés, en temps réel, les dialogues antisémites sur les réseaux sociaux, permettant ainsi d’intervenir auprès des pays concernés. Israël estime qu’il y a en permanence un demi-million de posts antisémites vus par 40 millions d’internautes à travers le monde.   

De nombreuses sociétés israéliennes font appel à l’intelligence artificielle. Elles peuvent ainsi analyser des contenus, savoir qui les a  publiés, sur quelle plate-forme et ainsi intervenir afin qu’ils soient immédiatement retirés.

Firewall Israël, elle, est davantage centrée sur la lutte contre le BDS. Il s’agit d’une plateforme qui fournit solutions technologiques, informations et réseaux aux instances pro-israéliennes de par le monde pour repérer les messages qui appellent au boycott d’Israël et ceux qui les publient. Et ainsi œuvrer afin qu’ils soient effacés. Dans le cadre de la campagne de lutte contre l’antisémitisme  initiée par la communauté académique israélienne, plusieurs centaines d’étudiants d’instituts technologiques et d’universitaires scannent 24/7 la toile, repèrent les contenus répréhensibles et interviennent auprès de Facebook, Youtube, Instagram ou Tweeter, afin de les enjoindre de les supprimer.

Tsahal est elle aussi active. Plus au niveau de la sécurité du pays. L’unité 8200, une unité de renseignement de l'armée, avait mis au point le virus Stuxnet qui s’était attaquée, en 2010, aux centrifugeuses  d’enrichissement d'uranium iraniennes.

La police n’est pas en reste. Depuis 4 ans, sa propre unité de cyber contrecarre en temps réel les tentatives de piratages d’instituts gouvernementaux, sécuritaires ou civils israéliens. Elle a aussi obtenu plus d’autorité pour faire fermer, sur ordre de la justice, des sites Internet d’incitation à l’antisémitisme ou au terrorisme. 

Powered by Edreams Factory