Default profile photo

19 Novembre 2017 | 1er, Kislev 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Oded Eran : « Donald Trump dit la même chose que ses prédécesseurs »

Oded Eran suit de près les relations israélo-américaines. L'ancien ambassadeur d'Israël à l'UE et aujourd'hui chercheur à l'Institut pour les Etudes Nationales de Sécurité, revient pour Actualité Juive sur la première année de la présidence Trump.

Actualité Juive : Après Barack Obama, on attendait beaucoup en Israël de l'arrivée d'un nouveau président. Avez-vous observé un changement significatif dans les relations israélo-américaines depuis l'élection de Donald Trump ?
Oded Eran :
Bien sûr, il y a changement de personnes au niveau le plus élevé et dans tous les domaines, économique, diplomatique, sécuritaire. Il y a aussi plus de confiance entre les deux dirigeants. Pourtant, je ne suis pas certain que cela conduise à un changement de politique à la Maison Blanche. Depuis 1967, la ligne des Etats-Unis est restée inchangée, quel qu'ait été le président : en ce qui concerne le conflit entre Israël et ses voisins, il ne pourra être résolu que par un retour aux frontières de 1967 assorti de certaines modifications spécifiques. Le Président Trump n'a rien dit de différent. Quant au transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, il n'a toujours pas tenu sa promesse. Et il y a peu de chances qu'il le fasse dans un proche avenir, en tout cas aussi longtemps qu'il subsistera une possibilité de négociations avec les Palestiniens.

A.J.: Le processus de paix israélo-palestinien est-il vraiment en tête des priorités du président américain ?
O.E. :
Absolument pas ! Les priorités de Donald Trump sont avant tout intérieures. Sur la politique étrangère, le dossier proche-oriental est loin d'être en tête de liste. Et pour ce qui est du conflit israélo-palestinien, il y occupe la neuvième ou la dixième place!

A.J.: Le concept traditionnel du soutien américain bipartisan à l'Etat d'Israël, indépendamment de l'appartenance politique, Républicains ou Démocrates, est-il toujours vrai aujourd'hui ?
O.E. :
Le soutien bipartisan existe toujours mais avec un affaiblissement relatif. La raison principale en est que le parti Démocrate a l'impression que la coalition au pouvoir en Israël et son chef de gouvernement préfèrent les Républicains. On a vu cela s'exprimer de façon criante en 2015 lors du vote du Congrès sur le Plan d'Action Conjoint, l'accord international sur le programme nucléaire iranien [la campagne de Binyamin Netanyahou auprès du Congrès et son discours devant les deux chambres américaines avaient été interprétés par l'administration démocrate comme une tentative d'orienter le vote républicain, NDLR]. Et il faut aussi prendre en compte les changements démographiques et idéologiques intervenus au sein de la communauté juive américaine, qui ont conduit à un certain éloignement d'Israël de la part de la jeune génération. Sachant que 70% des Juifs américains votent toujours pour les Démocrates, cela affaiblit donc le soutien bipartisan à Israël. C'est un vrai problème qu'il faut affronter.

A.J.: Binyamin Netanyahou et Donald Trump sont-ils sur la même longueur d'onde en ce qui concerne l'Iran ?
O.E. :
Globalement, oui. Chacun pour des raisons qui lui sont propres, a d'abord été d'avis qu'il fallait annuler l'accord, puisqu'il fallait le modifier, tant en ce qui concerne le programme nucléaire proprement dit qu'en ce qui concerne le comportement de l'Iran. Trump et Netanyahou sont parvenus à des conclusions identiques. En revanche, là où Israël a un problème face aux Etats-Unis, c'est en ce qui concerne l'influence croissante de l'Iran dans la région. En dépit des déclarations du président américain à ce propos, ni en Amérique, ni en Israël on ne discerne de ligne claire sur ce que veut l'administration Trump. Et l'enjeu est grave pour Israël, alors que l'on voit un Iran de plus en plus actif au Liban, en Irak, et sa présence physique en Syrie. La question qui se pose est : les Etats-Unis sont-ils prêts à agir pour éloigner l'Iran de la Syrie ou au moins réduire son influence ? Je ne suis pas le seul en Israël à hésiter sur la réponse.

Powered by Edreams Factory