Default profile photo

16 Décembre 2017 | 28, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Au Zimbabwe, la communauté juive dans l'attente

La communauté juive du Zimbabwe compte 170 membres dont 108 vivent à Harare, la capitale, et 64 dans la ville de Bulawayo (DR).

Alors que le dictateur Robert Mugage a fini par démissionner mardi 20 novembre, les Juifs n'envisagent pas de quitter le pays.

 A la suite des récents événements survenus au Zimbabwe, où l'armée a pris le pouvoir pacifiquement, le ministère des Affaires étrangères israélien a indiqué le 15 novembre que les dirigeants juifs locaux avaient recommandé aux membres de la communauté et aux citoyens de l'Etat hébreu vivant dans le pays de rester chez eux.  

L'armée a placé, le président Robert Mugabe et ses proches en résidence surveillée. En coopération avec le parti au pouvoir, la Zanu-PF, les militaires s’efforçaient depuis deux semaines de destituer le président Mugabe, âgé de 93 ans, qui dirige le Zimbabwe depuis son indépendance en 1980 et dont le régime est de plus en plus impopulaire. Le vieux dictateur a été démis de toutes ses fonctions au sein du parti au pouvoir et a fini par démissionner sous la pression, mardi 20 novembre.

Pas d'inquiétude

 La communauté juive du Zimbabwe compte 170 membres dont 108 vivent à Harare, la capitale, et 64 dans la ville de Bulawayo. Il faut y ajouter une cinquantaine d'Israéliens. Selon les informations dont on dispose à l'heure actuelle, la situation serait calme dans le pays et les Juifs ne se montreraient pas particulièrement inquiets. Ils auraient refusé les propositions d'évacuation provisoire adressées par la communauté sud-africaine.

 Le soulèvement est mené par l'ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, récemment limogé par Robert Mugabe. 

Powered by Edreams Factory