Default profile photo

18 Décembre 2017 | 30, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Liban: le premier ministre Saad Hariri suspend sa démission

Saad Hariri annonçant sa démission le 4 novembre (Capture d'écran SkyNews).

Rentré au Liban mardi soir, il a rencontré mercredi le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun.

Le suspense aura duré quelques heures. De retour au Liban mardi soir, Saad Hariri a fait part de sa décision mercredi 22 novembre quant à son avenir politique : il décide de suspendre sa démission de son poste de chef de gouvernement, annoncée à la surprise générale, le 4 novembre, depuis Riyad.

« J’ai discuté avec de ma décision avec le président de la République [Michel Aoun, chrétien proche du Hezbollah, NDR] qui m’a enjoint d’attendre avant de la présenter […] pour permettre davantage de consultations », a déclaré M. Hariri. « J’ai accepté cette requête ».

Les deux hommes se sont rencontrés dans la journée, alors que le pays célèbre sa fête nationale dans une ambiance empreinte de crispation. Après avoir passé plusieurs jours à Paris, où il avait échangé à l'Elysée avec Emmanuel Macron, le 18 novembre, Saad Hari avait fait escale mardi en Egypte puis à Chypre. 
La veille, dans son discours traditionnel précédant ces célébrations, le chef de l’Etat libanais, défendant « l’unité », a mis en garde la Ligue arabe tentée selon lui de faire pression sur le Hezbollah. Celle-ci a accusé dimanche dernier le mouvement d’Hassan Nasrallah « de financer et d’entraîner des groupes terroristes » au Moyen-Orient. « Traiter avec le Liban nécessite beaucoup de sagesse, sinon cela le pousserait vers l’embrasement », a prévenu M. Aoun. 

Powered by Edreams Factory