Default profile photo

19 Novembre 2017 | 1er, Kislev 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Régions

Astérix veille sur la tombe de Goscinny

Un volume des nouvelles aventures du célèbre Gaulois a été déposé anonymement sur la tombe de son inventeur, enterré au carré juif du cimetière du château à Nice.

Qui est le petit farceur qui a déposé sur la tombe de René Goscinny, au carré juif du cimetière du château à Nice, le nouveau tome des aventures d’Asterix intitulé « Astérix et la Transitalique » ? Impossible de le savoir : celui-ci l’a fait de façon anonyme. Sans doute, l’un des nombreux amateurs du neuvième art qui arpentent le cimetière et qui viennent se recueillir sur sa stèle. Un clin d’œil à celui qui a imaginé et créé ces personnages populaires et une façon de montrer que son œuvre continue à perdurer et à se développer malgré sa disparition. Goscinny repose depuis les années 2000, dans le quartier juif du cimetière du Château, à Nice. Sa ville de cœur, la ville de son épouse et d’intenses moments de bonheur. Lui qui a créé des mythes français tels qu’Asterix, d’Iznogoud et du Petite Nicolas, fut d’abord inhumé au cimetière Montparnasse puis transféré à Nice, au cimetière de Caucade, avant de connaître cette troisième et dernière destination.
Ce n’est pas le premier hommage que la ville lui rend : le lycée de Drap a récemment été renommé au nom du dessinateur et la célèbre oeuvre littéraire pour la jeunesse « Le Petit Nicolas » a été traduite en version niçoise. René Goscinny a été fauché à l'âge de 51 ans par une crise cardiaque. Sur sa stèle, ornée de l’étoile de David et qui porte le mot « Écrivain », est évoquée la mémoire de son épouse, Gilberte (1943-1994), demeurée à Caucade.

Powered by Edreams Factory