Default profile photo

21 Mai 2018 | 7, Sivan 5778 | Mise à jour le 17/05/2018 à 12h39

Rubrique Culture/Télé

Gal Gadot, Elie Saab et la robe de la discorde

Gal Gadot et Elie Saab

Le couturier Elie Saab a dû affronter des torrents de critiques pour avoir complimenté l’actrice israélienne Gal Gadot, qui portait une pièce de sa collection.

Elie Saab était une figure incontournable de la mode libanaise, il est devenu désormais l’un des habilleurs les plus convoités du tapis rouge cannois. Il a habillé Naomi Watts, Jessica Chastain, Diane Kruger, Jennifer Lawrence… Spécialisé dans les robes féminines et gracieuses, il aime utiliser la dentelle, la mousseline de soie, les broderies pour confectionner des robes – longues et courtes – marquées à la taille. Le voilà au centre d’un scandale qui de toute évidence, dépasse largement sa profession et son goût pour la mode. En effet, le 9 janvier dernier, Gal Gadot, l’actrice incarnant « Wonder Woman » à l’écran, apparaissait resplendissante au Gala du National Board of Review Awards à New York. Elle était habillée d’une robe bleue asymétrique, confectionnée par ses soins. Fier de voir sa création si bien portée, le couturier a publié une photo de l’actrice sur Instagram, accompagnée du message suivant : « La parfaite Gal Gadot vêtue d'une robe Élie Saab de la collection printemps-été 2018 ». Il éprouvait manifestement une petite fierté de voir l’actrice de 32 ans porter si bien une pièce de sa collection, et n’avait sans doute pas évalué les conséquences de cette simple remarque.

L’heure suivante, les internautes se sont déchaînés sur le couturier, lui reprochant de fanfaronner sur le fait d’avoir habillé « un soldat israélien », faisant référence au fait que l’actrice avait effectué son service militaire en Israël. Après des centaines de messages d’insultes et d’indignation, les pressions ont atteint leur but : M. Saab a fini par supprimer sa photo pour éteindre l’incendie. Il est vrai que son pays est à la pointe du boycott d’Israël. Rappelons que les projections de « Wonder Woman » ont été interdites au Liban, à la suite d’une campagne contre la diffusion du film, sous prétexte que Gal Gadot était une actrice israélienne. De même, les autorités libanaises ont interdit le dernier film de Steven Spielberg, « Pentagon Papers ». Le réalisateur est boycotté par la Ligue arabe pour avoir offert un million de dollars à Israël pendant la guerre de 2006 entre l’Etat hébreu et le Hezbollah au Liban.

Powered by Edreams Factory