Default profile photo

22 Octobre 2018 | 13, Heshvan 5779 | Mise à jour le 17/10/2018 à 18h03

Rubrique France/Politique

A Créteil, des inquiétudes après l'incendie criminel d'une épicerie cacher

La piste criminelle « est privilégiée » selon la procureur de Créteil (wikipedia)

Dans la nuit du 8 au 9 janvier, une épicerie cachère située à Créteil, en région parisienne, a été incendiée. D’après les premières enquêtes, cet incendie est bien criminel.

Décidément, c’est un véritable acharnement que subit depuis quelques jours l’épicerie cachère « Promo Destock », située à l’intérieur du centre commercial Kennedy à Créteil. Déjà, le 3 janvier, des croix gammées avaient été taguées sur la façade de l’épicerie. Un autre magasin cacher voisin (Hyper Cacher) avait subi les mêmes horreurs. Et aujourd’hui, c’est un incendie qui a touché l’établissement « Promo Destock », ne faisant aucune victime mais provoquant des dégâts matériels très importants. « Il y a de très gros dégâts », a expliqué à l'AFP la procureure de Créteil, Laure Beccuau, ajoutant que la piste criminelle « est privilégiée ». Le rideau métallique, qui a été dans un premier temps soulevé, a totalement fondue sous l’effet des flammes, la boutique est ravagée et il ne reste plus rien. Sous le choc, le gérant du magasin, un Kabyle de confession musulmane, a fait un malaise et a été transporté à l’hôpital Henri Mondor de Créteil. « C’est quelqu’un qui est très apprécié de sa clientèle et de la communauté. A lui tout seul, il est à l’image du côté éclectique et cosmopolite de la population de Créteil », témoigne Yohan Afriat, un client du magasin. Cependant, le gérant semble penser que cet incendie a un rapport avec un trafic de drogue. « Je ne suis pas d’accord », contredit Albert Elharrar, le président de la communauté juive de Créteil, contacté par Actualité Juive. Il y a effectivement un trafic dans le centre commercial depuis des années, mais les clients juifs n’ont jamais eu de problème avec les dealers qui « traînent » dans le centre, aucun n’a été agressé pendant ses courses ». 



La boutique est ravagée

Le maire de Créteil, Laurent Cathala, tenait de son côté à rester très prudent. Selon lui, il n'y a pas de lien établi entre les tags antisémites et l'incendie.

« Comment peut-on affirmer qu’il n’y a pas de lien entre les deux ? Des croix gammées et un incendie dans un même magasin. Et surtout avec des actes perpétrés au moment de la date anniversaire des terribles événements qui ont eu lieu il y a 3 ans… », renchérit M. Elharrar, touché par les événements.  

Alors que sont effectivement célébrés aujourd’hui, devant l’Hyper Cacher de Vincennes, les hommages aux victimes de l’attentat du 9 janvier 2015, les attaques contre la communauté juive sont toujours tristement autant d’actualité.

Depuis ce matin les réactions ne se sont pas fait attendre. L’ambassadrice d’Israël en France, Aliza Bin Noun a condamné cet acte et a tweeté « Trois ans après le massacre de l’Hyper Cacher, je condamne l’incendie d’une épicerie cachère à Créteil. Cette nouvelle attaque contre la communauté juive est une provocation honteuse et prouve l’importance de la poursuite du combat contre l’antisémitisme ». 

Le Crif, « organisateur » des hommages de cette fin de journée à Vincennes a également réagi : « Vive émotion après l’incendie d’une épicerie qui vend des produits cachers à Créteil, une semaine après les tags antisémites, 3 ans jour pour jour après Hyper Cacher. Le Crif demande que les auteurs de ces agressions soient arrêtés et sévèrement condamnés ». Plus laconique mais tout aussi virulent, le maire de Nice, Christian Estrosi a fait part de sa colère en trois mots : « Abject, intolérable et ignoble ». On n’aurait pas dit mieux. l


Mercredi 10 janvier de 19h à 21h30, un rassemblement est organisé à Créteil, devant le centre commercial, à côté de la rue Gabriel Fauré.

Powered by Edreams Factory