Default profile photo

21 Août 2019 | 20, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique France/Politique

Sarah Halimi : Où en est l’affaire ?

Le meurtre de cette sexagénaire aux cris d’Allah Akbar pendant la présidentielle, avait suscité une vive émotion dans la communauté juive. Neuf mois plus tard, l’enquête continue de stagner.

Neuf mois après le meurtre de Sarah Halimi, l’enquête continue de stagner. Alors que le parquet a demandé au juge chargé de l’enquête qu’il retienne la circonstance aggravante d’antisémitisme et par là, la préméditation du crime motivé par la confession religieuse de la victime, le juge n’a toujours pas daigné l’inscrire au dossier. Pire : l’avocat a appris par la voie de la presse que l’agresseur n’était resté que quelques heures en prison, en juillet dernier, et qu’il avait été renvoyé en hôpital psychiatrique. Le procès devra bien avoir lieu, puisque l’expert-psychiatrique a conclut à « une altération du discernement », mais il dépendra de l’avancée de l’enquête du juge qui n’a pas l’air pressé de faire avancer le dossier.


Que quelques heures en prison

Pour rappel, Sarah Halimi, âgée de 65 ans, mère de trois enfants et retraitée, a été torturée à son domicile aux cris d’ « Allah akbar » et de « Sheitan » (démon en arabe), puis défenestrée. L’autopsie a révélé plus d’une vingtaine de fractures sur son corps et son visage. Son agresseur, Kobili Traoré, 27 ans, est un voisin de confession musulmane. Sans être entendu par la police judiciaire, il est immédiatement envoyé en hôpital psychiatrique. Il ne sera entendu par le juge que trois mois plus tard. 

Powered by Edreams Factory