Default profile photo

23 Février 2018 | 8, Adar 5778 | Mise à jour le 21/02/2018 à 18h26

Rubrique Sport

Football : « Une belle opportunité » pour Israël

Tomer Hemed, ici après un but contre le Portugal de Ronaldo en mars 2013 (3-3). (DR)

Toujours sans sélectionneur, l’équipe nationale a découvert la semaine dernière l’identité de ses adversaires en vue de la néophyte Ligue des nations. Décryptage.

Tous les observateurs du ballon rond avaient, mercredi dernier, les yeux tournés à Lausanne (Suisse) à l’occasion du tirage au sort de la nouvelle épreuve concoctée par l’UEFA : la Ligue des nations qui comprend quatre divisions et dont l’objectif est clairement de remplacer les traditionnels matchs amicaux 

(« qui n’intéressent plus personne », dixit l’ancien président de la confédération européenne Michel Platini, ndlr) par des rencontres à plus forts enjeux. Evoluant en Ligue C, Israël a hérité d’un groupe qualificatif homogène incluant l’Ecosse et l’Albanie, déjà croisée lors des éliminatoires pour le Mondial 2018 (victoire 3-0 à Tirana et défaite sur le même score à Haïfa). Les trois pays s’affronteront à compter du mois de septembre sous la forme classique de match aller-retour (voir encadré). Si le premier de la poule sera promu en Ligue B, le dernier sera quant à lui relégué en Ligue D. L’autre grand intérêt offert par cette nouvelle compétition concerne surtout l’attribution des quatre derniers tickets (1 par Ligue) pour la phase finale du Championnat d’Europe en 2020. Concrètement, si la Nivrehet ne parvenait pas à finir parmi les deux premiers de son groupe à l’issue des éliminatoires de l’Euro 2020 (tirage au sort des poules en décembre 2018), elle pourrait se « rattraper » via la Ligue des nations à condition toutefois de terminer en tête. Ainsi, les quatre premiers de chacune des divisions - ou les suivants s'ils sont déjà qualifiés pour le tournoi européen - disputeront des barrages (demi-finales, finale) dont le vainqueur gagnera son billet. De quoi donc donner le sourire aux « petits pays » de la zone continentale. Après une campagne qualificative pour le Mondial 2018 décevante, Ofer Eini, le président de la Fédération israélienne de football(IFA), se réjouit de la tenue de cette nouvelle épreuve. « C'est un nouveau tournoi qui offre de belles opportunités. Nous voulons atteindre deux objectifs principaux : le succès professionnel et le renforcement du lien étroit entre l'équipe et le public. L'équipe nationale israélienne sera beaucoup plus accessible et disponible pour des milliers de fans », a révélé le patron de l’IFA, indiquant par ailleurs que le nom du futur sélectionneur sera dévoilé d’ici deux mois au plus tard (lire notre précédente édition). Tomer Hemed, l’avant-centre de Brighton aux 31 sélections, est déjà impatient de prendre part à ce nouveau rendez-vous international. 

« C’est une voie intéressante en vue de la qualification pour l’Euro. Le challenge est passionnant. L’Albanie et l’Ecosse nous sont supérieures. Il nous faudra vraiment améliorer notre jeu afin de rivaliser avec ces deux équipes », estime-t-il. Lui et ses coéquipiers disputeront un test amical le 24 mars contre la Roumanie, à Netanya, où l’on découvrira donc le nouveau guide de la Nivrehet. 


Demandez le programme : 


7 septembre 2018: Albanie-Israël 

11 octobre 2018:Israël-Ecosse

14 octobre 2018:Israël-Albanie 

20 novembre 2018: Ecosse-Israël

Powered by Edreams Factory