Default profile photo

21 Mai 2019 | 16, Iyyar 5779 | Mise à jour le 17/05/2019 à 13h36

Rubrique Monde juif

« Bâtir un pont entre les cultures ? »

Les perspectives de la semaine par Raphy Marciano, directeur Général de l’Alliance Israélite Universelle

La grande aventure spirituelle de ce début du XXI siècle sera la restauration de la Méditerranée comme la place de la circulation d’idées de concepts et de doctrines entre les 2 rives de la mer. Ce qui a été possible au Moyen-Age peut et doit le redevenir de nos jours.

Il y a toujours un danger dans l’enfermement, dans l’isolement, dans le narcissisme, dans l’autosatisfaction, dans la complaisance nombriliste, dans le repli sur soi, il y a toujours urgence dans ce début du XXIe siècle à établir et à renforcer là où il existe, le dialogue entre les cultures, les peuples, les civilisations et les croyances. 

Le dialogue part d’un principe incontournable : nous refusons résolument la fatalité inéluctable du choc des civilisations, de ce concept du Professeur Huntington  qui considérait que de nos jours, nous ne sommes plus dans le choc des idéologies, nous ne sommes plus dans le choc entre les Etats, nous serions dans le choc des civilisation qui s’affrontent de manière frontale dures, sévère, nous croyons que ce choc des civilisations n’est pas une fatalité, et qu’il n’y a pas de civilisation exclusive, pas d’authentique civilisation, sans la rencontre avec les autres civilisations. 

Car les sociétés meurent dans le monologue, dans l’enfermement, de leurs propres certitudes. Une société, une civilisation qui n’aurait aucun doute sur elle-même, disparaît d’elle-même. Elles ne vivent que dans le dialogue, et l’altérité. Une culture fermée est une culture qui s’éteint… La montée des fanatismes idéologiques, des intégrismes religieux, des revendications exclusivistes, face à cette menace qui nous guette, la réponse ne peut être que, la circulation des idées, de la culture. C’est l’affaire du monde culturel et éducatif qui a pour mission de transmettre et bâtir une vie culturelle riche et plurielle. C’est aussi l’affaire des institutions juives qui ne sauraient s’ignorer mutuellement dans notre temps. Face à une certaine méfiance, les communautés juives doivent continuer de s’orienter vers la reconnaissance de la culture et de l’éducation juives comme facteurs et vecteurs incontournables du développement du judaïsme contemporain qui ne saurait se réduire au culte ni à la seule étude des textes fondamentaux.

Le judaïsme doit demeurer créatif, pluraliste, sensible, ouvert, loin de tout dogmatisme, loin de toute exclusion.

Les portes de nos institutions doivent demeurer largement ouvertes à toutes les composantes de la vie juive. Une vie culturelle juive ouverte à tous, sans barrière, s’attachent à la pluralité des intervenants qui saurait féconde et positive d’encourager tous les talents.

Le peuple juif a souvent été appelé le peuple du Livre par sa fidélité au plus illustre et ancien des textes sacrés de la Bible. 

Mais au-delà du livre il y a aussi la parole, car le judaïsme est un exercice de la raison et de l'intelligence mis au service de la compréhension des sources de la foi d'Israël, chaque chapitre, chaque verset, chaque lettre du livre, des livres, ont toujours été l'objet d'une recherche approfondie, d'une analyse raffinée, d'un débat intense, d'un décryptage pluriel. Si le sens de l'analyse de la réflexion, de la recherche et la libre circulation d'idées disparaissaient de la vie juive, ce serait la fin du judaïsme. Car il n'y a pas de judaïsme dans une société fondée sur des mots d'ordre, des consignes, des leçons définitives, d'autorités incontestables, il suffit de lire une page du Talmud pour comprendre la dynamique de la pensée juive avec ses multiples écoles, ces différents courants, ces interminables discussions, qui contribuent à la richesse et la gloire d'une tradition qui ne refuse pas l'intelligence, bien au contraire les sages du talmud ont abordé toutes les questions de la société antique, sans exception : économie, commerce, travail, pouvoir, politique, justice, violence, criminalité, guerre, idolâtrie, sexualité, condition de la femme, famille, science, éducation, etc. 

Rien des événements qui se déroulent sur la planète, n'a été étranger à la pensée des Sages d’Israël, à cette tradition enrichissante et créatrice. 

Il ne suffit pas de l'admirer, de la louer comme un monument d'un passé perdu, car elle est le fondement de la vie intellectuel, et spirituel, de la vie d'Israël y compris au XXIe siècle. 

Si nous voulons être fidèles aux valeurs du judaïsme de nos ancêtres, nous devons poursuivre cette aventure du débat, de l'analyse, et de la  réflexion. 

Powered by Edreams Factory