Default profile photo

17 Juin 2018 | 4, Tammuz 5778 | Mise à jour le 14/06/2018 à 18h22

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Loi sur la Shoah : la Pologne brouille les pistes

Yigal Palmor (Twitter)

Malgré la crainte de répercussions diplomatiques et économiques après l’adoption de la Loi sur la Shoah, la Pologne persiste et signe. Jérusalem, elle ne se presse pas de rappeler son ambassadrice espérant s’entendre avec Varsovie. Pour Yigal Palmor, ancien diplomate et actuel directeur de la communication de l’Agence Juive, qu’Actualité Juive a interrogé, elle fait le bon choix.

Alors que samedi, le ministère israélien des Affaires étrangères affirmait que la Pologne gelait l’application de la Loi controversée sur la Shoah, sous la contrainte de Jérusalem, dès le lendemain, Joanna Kopczynska, la porte-parole du gouvernement polonais, démentait et annonçait que la Loi entrerait en vigueur comme prévu le 1er mars. Pour l’heure, malgré les pressions, Binyamin Netanyahou, ne rappelle toujours pas l’ambassadrice d’Israël à Varsovie espérant que le gouvernement polonais reverra sa copie. Notamment le paragraphe qui criminalise le fait d’évoquer la coopération polonaise aux crimes de la Shoah. Une coopération cependant indéniable. « S’il est vrai, affirme Yigal Palmor, que la Pologne a été martyrisée par les nazis et par les soviétiques, certains Polonais ont profité de la situation pour massacrer et spolier des Juifs pour leur propre compte. D'autres ont sauvé des Juifs, au péril de leur vie. Mais la reconnaissance de ces Justes est exploitée parfois, de nos jours, par des ultra nationalistes pour réécrire l'histoire et présenter tous les Polonais comme des anges gardiens ». C’est pour tenter d’éviter une crise diplomatique avec l’Etat hébreu et de donner raison à ceux qui dénoncent un regain d’antisémitisme préoccupant en Pologne, qu’une délégation polonaise pourrait arriver ces prochains jours à Jérusalem. Binyamin Netanyahou espère la convaincre d’apporter des amendements à la Loi. Des amendements auxquels le président polonais a laissé une porte ouverte en demandant à la Cour Constitutionnelle de se prononcer sur les façons dont la Loi sur la Shoah sera appliquée. D’autant plus qu’Israël n’est pas seul à les réclamer. Washington aussi. L’opposition polonaise est également montée au créneau. De plus, la haine anti-juive redouble sur les réseaux sociaux.


Polocaust, un musée consacré aux Polonais non juifs victimes des nazis

Une image que la Pologne veut éviter. « On ne peut évidemment pas ignorer les sous-entendus de ce texte, qui - même si ses initiateurs et défenseurs s'en défendent - a eu pour effet immédiat de lâcher les chiens antisémites et négationnistes sur les réseaux sociaux, mais également sur la place publique », constate Yigal Palmor, qui estime qu’il s’agit d’une très mauvaise loi car elle vise à dicter le discours historique sur une question très complexe sous prétexte qu'un discours « faux » porterait atteinte à l'honneur national. Pour ne pas risquer de heurter encore davantage la communauté juive et d’Israël, Jaroslaw Sellin, le ministre polonais de la Culture,  a abandonné l’idée de créer le Polocaust, un musée consacré aux Polonais non juifs victimes des nazis pendant la Seconde guerre mondiale. Et dans un geste qui peut être interprété comme un geste de compensation, tant la coordination des dates est suspecte, les autorités polonaises ont décidé d’inscrire un vestige du mur de briques rouges, de 4 mètres de haut, qui entourait le ghetto de Varsovie au patrimoine polonais. « Le mur représente un souvenir historique inédit et précieux pour les juifs et la nation polonaise et à ce titre doit être préservé », ont-elles déclaré. A la question de savoir si Israël a raison de ne pas rappeler son ambassadrice à Varsovie, Yigal Palmor répond par l’affirmative.  «l'Ambassade d'Israël à Varsovie fait un travail utile, responsable, nécessaire pour remettre les pendules à l'heure tout en préservant les intérêts de l'Etat juif et en permettant au gouvernement polonais de ne pas perdre la face ». Et pour cela, il est nécessaire de garder l'ambassadrice sur place.

Powered by Edreams Factory