Default profile photo

21 Novembre 2018 | 13, Kislev 5779 | Mise à jour le 19/11/2018 à 15h42

Rubrique Sport

Itamar Biran : « Prendre un maximum de plaisir aux JO »

(DR)

Francophone et né à Londres il y a dix-neuf ans, ce jeune slalomeur professionnel s’apprête à représenter les couleurs de l’Etat hébreu à l’occasion des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang (9-25 février). A quelques jours de s’envoler pour la Corée du Sud, celui qui occupe actuellement la 320ème place au classement mondial de la discipline s’est longuement confié pour notre journal. Découverte.

Actualité Juive : Dans quel état d’esprit êtes-vous avant le coup d’envoi des JO ?
Itamar Biran:
En 2016, j’avais participé aux JO Juniors à Lillehammer (Norvège). L’ambiance et l’expérience étaient incroyables. Mais je m’attends à vivre tout autre chose en Corée du Sud. Prendre part à des Jeux Olympiques d’hiver est quelque chose d’unique. C’est un rêve de gosse qui se réalise. Depuis mon plus jeune âge, je regarde les compétitions à la télévision. Cette fois, je serai acteur. C’est beau. Avant tout, je veux prendre un maximum de plaisir. Ces moments vont rester graver dans ma mémoire toute ma vie. Je suis très excité. Je compte les jours. J’espère terminer dans le Top 30. Décrocher une médaille me semble très difficile.

A.J.: Quand avez-vous débuté la pratique du ski?
I.B.:
Dès l’âge de trois ans. Mais j’ai vraiment démarré la compétition à 12 ans. J’avais le choix de représenter la Grande-Bretagne ou Israël. Vu ma fierté envers l’Etat hébreu, j’ai opté pour ce pays.  Il y a quelques années, J’habitais à Tel-Aviv avec ma famille.

A.J.: Racontez-nous votre quotidien de skieur.
I.B.:
Je m’entraîne ces derniers temps sur les pistes de Bourg-Saint-Maurice en France. Nous sommes quelques athlètes à évoluer  ensemble. Les autres viennent de Grande-Bretagne, d’Espagne ou encore de Russie. Je suis sur les pistes environ 8 mois par an, avec un entraînement de 3 à 4 heures par jour.

A.J.: Vous n’en êtes qu’à votre début de carrière. Parvenez-vous à gagner votre vie grâce au ski ?
I.B. :
A mon âge, c’est encore un peu difficile mais j’ai la chance de bénéficier du soutien financier du Comité olympique israélien et de la Fédération israélienne de ski. Mon objectif, à l’heure actuelle, est de trouver des sponsors pour pouvoir financer toutes mes dépenses liées à mon activité  (son compte Instagram : @the_Itamar).

A.J.: Avez-vous déjà descendu les pistes du Mont Hermon en Israël ?
I .B. :
Je n’ai jamais skié en Israël. Je ne connais donc pas cette station du Mont Hermon qui doit être magnifique. Pour des raisons pratiques, je préfère skier aux Alpes ou ailleurs. 

A.J.: Comment êtes-vous perçu par les médias israéliens ?
I.B. :
Ils commencent depuis peu à s’intéresser à moi. Nous avons pour ces Jeux d’hiver la plus grande délégation israélienne de l’histoire. Du coup, je réponds à pas mal d’interviews. Avec les autres athlètes de la délégation, les relations sont bonnes. Nous nous sommes tous rencontrés  à Tel-Aviv en décembre dernier.

Powered by Edreams Factory