Default profile photo

17 Décembre 2018 | 9, Tevet 5779 | Mise à jour le 13/12/2018 à 11h38

Rubrique Culture/Télé

Olivier Hutman : « Un puit de magnifiques chansons à reprendre »

Crédit : Jean Baptiste Millot

Mardi 13 mars le trio du pianiste Olivier Hutman et la chanteuse Stephy Haïk propose une soirée à Rachi* intitulée « Du shtetl à Broadway ». Broadway, quartier que des musiciens juifs originaires du shtetl ont transformé en paradis de la comédie musicale.

Actualité juive : A quelle occasion ce spectacle a-t-il été crée ?
Olivier Hutman :
Je joue régulièrement dans les clubs en Allemagne et j'avais entendu que le Musée du judaïsme de Berlin organisait une série de concerts intitulés « Jazz in the garden ». A ma prise de contact il m'a été suggéré d'élaborer une soirée consacrée aux chanteuses juives puisque à cette période une exposition était consacrée à la place des femmes dans le judaïsme. J'ai donc demandé à la chanteuse franco-américaine Stephy Haïk avec laquelle j'avais enregistré un disque*, de rejoindre ce projet pour le construire.

A.J. : Comment avez-vous conçu ce spectacle dans lequel on retrouve entre autres des airs de Sophie Tucker ou Carole King ?
O.H. :
Stéphy a vécu plus de quinze ans aux États unis. Elle a une double culture, a grandi dans une famille d'origine séfarade bilingue avec une vraie culture de la chanson populaire américaine. On s'est aperçu qu'il y avait un puit de magnifiques chansons à reprendre. Elle a suggéré des chansons qui n'étaient pas forcément les plus évidentes mais connues internationalement comme par exemple « People » de Barbara Streisand. C'est presque un hymne emblématique pour les communautés juives.

A.J. : Le répertoire est riche. Cela n'a pas du être facile de faire un choix.
O.H. :
Non, mais trois chansons se détachent par le mode d'interprétation. Au début des années 2000 j'avais enregistré aux États unis « A Yiddische Mame » avec une réharmonisation. Je lui ai proposé de la reprendre et elle devient assez singulière. Puis il y a, même si plus classique « Mazel » chantée par Molly Picon que j'ai adoré arranger. Enfin il y a le « Yerushalaim » composée par Naomi Shemer que Stéphy chante en hébreu.

* The longest Mile, ed. Ames 3 ; 21h Rachi 39 rue Broca 75005, Reserv : 01 42 17 10 38

Powered by Edreams Factory