Default profile photo

15 Octobre 2018 | 6, Heshvan 5779 | Mise à jour le 11/10/2018 à 12h50

Rubrique Israël

Des rabbins orthodoxes défient le grand rabbinat

Le juge religieux Noam Sohlberg (Flash90.)

L'organisation Tzohar a annoncé qu'elle créait un programme privé de supervision de cacherout.

Créée en 1995, l'organisation Tzohar regroupe quelque 800 rabbins et membres des services religieux. Elle s'est fixé pour objectif de rapprocher les citoyens pratiquants et non pratiquants de l'Etat hébreu et d'améliorer l'image de la religion juive. Les rabbins de Tzohar sont notamment connus pour célébrer des mariages orthodoxes destinés aux couples qui craignent l'accueil parfois peu avenant des rabbinats officiels.

L'organisation Tzohar est active dans de nombreux domaines et elle a récemment annoncé le lancement d'un programme de supervision de la cacherout indépendant des services du rabbinat. Ce nouveau système de surveillance rabbinique vise à libérer les établissements fournissant des denrées alimentaires du « monopole » du grand rabbinat et de ses inconvénients. 

La création de ce nouveau réseau de cacherout fait suite à un arrêt rendu en septembre 2017 par la Cour suprême, qui autorisait les restaurateurs à informer leur clientèle de la supervision de leur établissement par un organisme   autre que le rabbinat, sans utiliser toutefois le terme « cacher ». 

   Au cours du débat devant la Cour suprême, le juge religieux Noam Sohlberg avait déclaré : « Le système de cacherout actuel [du rabbinat] souffre d'une grave détérioration. Des surveillants, pas toujours compétents, qui ne visitent les établissements contrôlés que quelques minutes par semaine et demandent à être payés 'au noir' … »

Le nouveau système de supervision de Tzohar comprendra deux niveaux de garantie. Ses exigences et ses prix ne diffèreront guère de ceux du rabbinat mais les méthodes utilisées seront plus modernes. Le travail des surveillants sera organisé sur une application spéciale et les « mashguihim » ne seront en aucun cas des salariés de l'établissement surveillé. Tzohar espère garantir dans trois ans 10 % des restaurants israéliens, dont au moins la moitié n'avait auparavant aucune certification de cacherout. 

Powered by Edreams Factory