Default profile photo

26 Avril 2018 | 11, Iyyar 5778 | Mise à jour le 25/04/2018 à 17h58

28 avril - Chabbat A'haré-mot - Kédochim : 20h42 - 21h55

Rubrique Israël

Ciel ouvert : les retombées pour Israël

Près de cinq années se sont écoulées depuis l'entrée en vigueur de l'accord Open Skies passé entre Israël et l'Union Européenne. Le pays s'ouvre de plus en plus aux touristes européens, tandis que les Israéliens peuvent s'offrir à moindre coût des vacances en Europe.

Malgré le recul de l'été 2014, le secteur du tourisme en Israël enregistre une progression régulière, En novembre dernier, Israël a célébré l'arrivée de sa trois millionième touriste. Et les chiffres continuent  – c'est le cas de le dire – à s'envoler. Depuis le début de l'année, plus d'un demi-million de visiteurs sont passés en Israël, soit une progression de 25% par rapport à la même période l'an dernier et un bond de 56% par rapport à 2016. 

   Quant aux retombées économiques, elles sont plus que positives, avec 440 millions de dollars engrangés au cours du seul mois de février. Une tendance que Yariv Levin, le ministre israélien du Tourisme a saluée «Les activités marketing et les mesures innovantes que nous prenons avec les encouragements pour les compagnies aériennes et les investissements dans les équipements, tout cela fait ses preuves mois après mois alors que l'industrie du tourisme contribue de manière significative à l'économie israélienne et au marché du travail ».

   Les accords se multiplient avec les compagnies aériennes low-cost pour ouvrir de nouvelles liaisons entre Israël et l'Europe. A ce titre, l'exemple de Ryanair est édifiant. Depuis l'été dernier, la compagnie a ouvert neuf lignes directes qui relient Tel-Aviv à Rome, Milan, Paphos, ainsi que plusieurs destinations d'Europe de l'Est, qui sont venues s'ajouter aux 20 lignes que la compagnie européenne exploite déjà vers les aéroports de Ben Gourion et d'Ovda, qui dessert la station balnéaire d'Eilat. Avec 28 vols hebdomadaires, Ryanair connecte Israël à l'ensemble de ses 200 destinations.

  Les prix des lignes vers l'Europe de l'Est ont baissé en moyenne de 18%, principalement grâce à l'entrée de la compagnie Wizz Air sur le marché israélien. Vers l'Europe de l'Ouest, les billets ont diminué d'environ 15% depuis que des compagnies comme Easyjet, ou les filiales low-cost des grandes compagnies comme Transavia ou l'Israélienne Up ont commencé à desservir les liaisons avec Israël. Aujourd'hui, plus d'une centaine de compagnies aériennes sont présentes à Tel-Aviv.

 Les destinations plus lointaines bénéficient également de l'accord Open Skies en ouvrant plus de correspondances vers l'Amérique ou l'Asie, à partir d'aéroports européens. Les itinéraires avec changement sont d'ailleurs ceux qui ont enregistré les baisses les plus importantes pour les usagers, avec des prix souvent inférieurs de 20% à des itinéraires directs. Signe que ce type de voyage séduit de plus en plus : les vols vers l'Europe – destination ou simple escale - ont augmenté de 63% entre 2012 et 2016.

   Les Israéliens en quête d'exotisme suivent aussi de près les nouvelles occasions qui s'offrent à eux, comme l'annonce de l'ouverture par Air India d'un nouvel itinéraire qui va rapprocher Tel-Aviv de New Delhi, grâce au survol de l'Arabie Saoudite. L'arrivée de Cathay Pacific en Israël promet un nouvel engouement des touristes israéliens pour Hong Kong, comme l'ouverture de la ligne Tel-Aviv-Bakou, va leur permettre de découvrir « l'Abou Dhabi » de la mer Caspienne.

Cette nouvelle économie du transport aérien contraint en revanche les compagnies traditionnelles à s'adapter à un marché de plus en plus concurrentiel, particulièrement sur l'Europe. Une bonne nouvelle pour les voyageurs, même si la qualité des prestations en vol est la première à pâtir de la baisse des prix. 

Powered by Edreams Factory