Default profile photo

26 Avril 2018 | 11, Iyyar 5778 | Mise à jour le 25/04/2018 à 17h58

28 avril - Chabbat A'haré-mot - Kédochim : 20h42 - 21h55

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Le chant du cygne de Jared Kushner ?

(Wikipedia)

Le conseiller spécial du président américain, chargé notamment du dossier israélo-palestinien, s’est vu retirer son accréditation secret-défense.

Le ciel se couvre au-dessus de Jared Kushner. Depuis les révélations la semaine dernière du site américain Politico concernant la perte de son accréditation secret-défense, les interrogations concernant l’avenir politique du gendre et conseiller spécial de Donald Trump s’accumulent.
Disposant d’une accréditation temporaire, cet homme de l’ombre de trente-sept ans subit les conséquences de la refonte des procédures de sécurité en place, rendues nécessaires par le scandale « Rob Porter », un conseiller du chef d’Etat américain, accusé de violences conjugales contre ses ex-épouses, et démuni d’une accréditation officielle, comme le veut la pratique. Affaibli par cette affaire, le secrétaire général de Donald Trump, John Kelly, n’en a pas moins saisi l’opportunité de s’en servir pour affaiblir son rival, Jared Kushner. Du reste, l’absence d’accréditation en bonne et due forme de ce conseiller si influent peut surprendre. Pour le Washington Post, la raison serait à chercher dans les contacts de Kushner avec des responsables étrangers, sans coordination avec le Conseil de sécurité nationale. Le quotidien avance même, sans preuve, que quatre Etats auraient tenté de le manipuler en profitant de son inexpérience et de ses intérêts économiques : la Chine, le Mexique, les Emirats arabes unis et Israël. « Je pense qu’il a été traité de manière très injuste », a regretté Donald Trump que l’on dit toutefois lassé des vagues causées par un gendre désormais visé par l’enquête du procureur spécial Robert Mueller relative à une éventuelle collaboration de l’équipe républicaine et de la Russie lors de la campagne présidentielle. Une incertitude qui laisse planer un sérieux doute sur l’implication future de Jared Kushner dans les négociations israélo-palestiniennes, dont il a la charge.

Powered by Edreams Factory