Default profile photo

25 Septembre 2018 | 16, Tishri 5779 | Mise à jour le 21/09/2018 à 13h05

Rubrique Régions

Ehoud Barak en visite sur la Côte d’Azur

Le maire de Nice a accueilli avec joie l’ancien Premier ministre israélien Ehoud Barak. (DR)

Ehoud Barak est venu promouvoir Reporty à Cannes, avant d’être reçu et honoré par Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole.

Ehoud Barak, ancien premier ministre d’Israël et ex-ministre de la Défense, était récemment l’invité de la 28e Matinale économique de la Métropole Nice Côte-d’Azur et de la région PACA. Le leader du parti Indépendance (Haatsmaout) est aussi directeur de la start-up israélienne qui a développé l’application pour smartphone Reporty. C’est donc en tant que chef d’entreprise que, lors du Marché International des Professionnels de l’Immobilier, Ehoud Barak a pris la parole. 

 Testée à Nice depuis la mi-janvier 2018, Reporty permet d’informer la police municipale en temps réel et en vidéo. Selon Ehoud Barak : « Le temps de réponse des secours est réduit de 60% par rapport aux moyens habituels ». Il ajoute que « l’application est flexible et adaptable ». L’utilisateur est libre de choisir ce qui sera envoyé. « Nous nous conformons aux lois et aux règlements ». D’ailleurs l’homologation européenne GDPR (Règlement général sur la protection des données) sera demandée. Pour rassurer ceux qui craignent le « flicage», il précise qu’ « à Nice, rien n’est stocké, il n’y a pas de divulgation à l’extérieur ». Christian Estrosi a revendiqué le droit d’expérimenter cette application avant de faire un bilan . Il a insisté sur la transparence, mettant en avant les pare-feu, les garanties, et donc le respect de la « loi fondamentale ». 


« A Nice, rien n’est stocké, il n’y a pas de divulgation à l’extérieur »

En début de soirée, au cours d’une réception en l’ honneur d’Ehoud Barak à la mairie de Nice, le premier magistrat lui a rendu hommage pour avoir consacré sa vie au service de son pays qui fête ses 70 ans d’existence et lui a remis la médaille de la ville de Nice et la reproduction de l’œuvre d’art « # I love Nice » installée après l’attentat du 14 juillet 2016. 

Powered by Edreams Factory