Default profile photo

20 Mai 2018 | 6, Sivan 5778 | Mise à jour le 17/05/2018 à 12h39

Rubrique Israël

Shmuel Trigano : La deuxième époque du sionisme

(dr)

Le billet de Shmuel Trigano, Professeur des Universités.

Etre né dans un monde où il existe un Etat d'Israël est pour un Juif une chance exceptionnelle qui donne enfin corps à une espérance et une attente de 25 siècles qui datent du premier exil à Babylone. Elle lui permet de mesurer l'extraordinaire patience et force d'âme dont ses ancêtres ont fait preuve dans un monde où ils n'avaient aucun recours, ni aucune muraille sur laquelle s'appuyer face à une adversité terrible. Gageons également que la création d'un Etat d'Israël sur la Terre d'Israël avec Jérusalem pour capitale, point de rassemblement des membres épars d'un peuple juif dispersé dans le vaste monde, représente aussi quelque chose de stupéfiant (et inquiétant) pour le monde des nations qui voit de ses yeux resurgir de sa supposée tombe le spectre du peuple juif, se reconstituer une langue sacrée tenue pour défunte et se concrétiser la promesse prophétique du retour à Sion. Avec la résurgence d'Israël, les nations sont à nouveau en lien vivant avec l'origine, la longue mémoire de l'humanité, même quand ce choc symbolique se traduit par un rejet et une animosité . 

Sur le plan des réalisations, il y a de quoi conforter ce tableau. D'après les classements internationaux, Israël est la  8ème puissance mondiale après les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et le Japon,   la 16ème armée la plus forte du monde, le 9ème pays pour la qualité de sa santé et son moral élevé!  71% des Israéliens sont « très » ou « plutôt » optimistes pour son futur. 80% sont « assez fiers » ou « très » fiers d’être israéliens. Au milieu de l'océan du monde arabe où se sont effondrés tous les Etats, excepté les dictatures, Israël constitue un Etat solide, qui tient la route. Le futur de toute existence juive s'y miroite quand on sait que les 3/4 des enfants juifs du monde y naissent.



« Israël est la 8ème puissance mondiale après les Etats-Unis.»

Success Story, donc, sans conteste. Et c'est justement parce qu'Israël a dépassé sur le plan de son existence intrinsèque le stade de la survie - quoique peut-être pas encore sur le plan de son existence extrinsèque - que nous avons le loisir de poser des questions "de luxe" à son propos. S'il est en effet un domaine où Israël n'est pas encore sorti du site de sa construction, c'est celui de son identité. Le trouble le plus grand y règne. La société israélienne est très divisée. Coincée entre les extrêmes, laïcistes et ultra orthodoxes, elle se décline selon toutes les nuances d'un multiculturalisme extrême qui fait du "rassemblement des exils" une marqueterie de communautés. Cet état de faits fait suite à l'échec du "melting pot" de Ben Gourion qui eut la volonté de forger une identité nationale unique mais qui ne sut pas la désengager d'une base ethnique limitée qui ignorait toute une partie de la population. Le multiculturalisme, cependant, n'est pas le vrai problème mais celui du rapport au "judaisme", à l'identité juive des cadres de la société israélienne, de ses élites culturelles notamment. Le sionisme politique a hérité d'un courant qui avait voulu rompre avec le judaïsme et l'histoire juive au profit de mythes et d'utopies comme le cananéïsme, qui caressa le projet de se fondre dans l'Orient sémite (dont on avait oublié qu'il était islamique!), ou tout simplement le projet de la normalisation dans la modernité ("comme les autres"). Il y a ainsi en Israël des secteurs, culturels, laïques comme ultra-orthodoxes, qui pensent qu'être israélien ne converge pas ou plus avec la judéïté et/ou le judaïsme comme culture ou comme religion. Israël n'a pas sû opérer la mutation du judaïsme et du sionisme en une synthèse harmonieuse et équilibrée, créative. Tout s'en ressent: du récit historique de l'enseignement public à la culture générale. Et c'est là l'enjeu décisif pour que la réussite soit complète. Une collectivité en conflit sur son identité est affaiblie dans le noyau dur de son existence même. La construction d'une identité collective juive adéquate au retour de la souveraineté dans le peuple juif et à la résurrection du peuple juif dans le destin des Juifs sera le défi de la deuxième époque du sionisme. 

Powered by Edreams Factory