Default profile photo

23 Juin 2018 | 10, Tammuz 5778 | Mise à jour le 21/06/2018 à 11h38

Rubrique Communauté

Nouvelles sanctions américaines contre le Hezbollah

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin (wikipedia)

Les Etats-Unis et six pays du Golfe ont annoncé le 17 mai des sanctions contre les dirigeants du Hezbollah libanais pour soutien au terrorisme.

Le Trésor américain a annoncé récemment de nouvelles sanctions financières contre les membres du conseil de la Choura (l'organe décisionnaire) du Hezbollah, parmi lesquels le secrétaire général Hassan Nasrallah et le secrétaire général adjoint Naïm Kassem. D’autres personnes et entités affiliées au Hezbollah ont également été ciblées. 

« En visant le conseil de la choura du Hezbollah, nos nations rejettent collectivement la fausse distinction entre une soi-disant 'aile politique' et les desseins terroristes mondiaux du Hezbollah », a affirmé le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, dans un communiqué.


Réduire l’influence de l’Iran


Ces mesures font suite à la décision du président américain Donald Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien, et de réimposer des sanctions sur l’Iran et ses alliés. Elles visent à réduire l'influence de l'Iran qui financerait chaque année le Hezbollah à hauteur de 700 millions de dollars. 

Six pays du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar et Oman) appartenant au Centre contre le financement du terrorisme (TFTC) ont annoncé le même jour des sanctions analogues contre les dirigeants du Hezbollah. 

L'Iran a dénoncé ces sanctions dès leur annonce. Après les affrontements de Gaza, « la réponse des Saoudiens, à la veille du Ramadan, est de collaborer avec leur patron américain pour sanctionner la première force ayant libéré un territoire arabe », a tweeté le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, faisant allusion au Hezbollah. 

Powered by Edreams Factory