Default profile photo

15 Octobre 2018 | 6, Heshvan 5779 | Mise à jour le 11/10/2018 à 12h50

Rubrique Communauté

Joël Mergui : « Juifs, venez habiter votre patrimoine. Il est vivant »

(DR)

Le Premier ministre Edouard Philippe, le philosophe Alain Finkielkraut, le réalisateur Yvan Attal et de nombreuses personnalités du monde de la culture participeront lundi 4 juin à l’Hôtel de Ville de Paris au gala des 210 ans du Consistoire. Rencontre avec son président Joël Mergui.

Actualité Juive : Vous dédiez votre soirée anniversaire au Patrimoine juif de France. Quel est le sens de cette thématique en cette année du 210e ? 

Joël Mergui : Cette soirée inaugure l’année de festivités du 210e anniversaire de notre institution. Elle est l’occasion de mettre en valeur notre patrimoine, d’évoquer la présence historique des Juifs dans la société française et de rappeler à quel point ce patrimoine est vivant. 210 ans après sa création, le Consistoire œuvre à de nouveaux chantiers et sur de nouvelles organisations du judaïsme français alors que des Juifs s’en vont, que notre pays a connu des vagues de terrorisme sans précédent et que l’antisémitisme a été sanglant. Depuis 2006, le Bicentenaire de l’Assemblée des notables, onze juifs ont été assassinés en France. Nous devons rester vigilants mais aussi continuer à construire notre avenir en France. Le Consistoire a la responsabilité de préserver le patrimoine juif de France qui est, avec ses cinq cents bâtiments, le plus important en Europe mais il doit aussi le faire évoluer pour répondre aux mouvements de la communauté. Nombre de Juifs quittent les quartiers sensibles pour s’installer dans des lieux plus sûrs    où la création de nouvelles structures communautaires est devenue nécessaire.


A.J.: En quoi le développement de ces structures va-t-il permettre au Consistoire de renforcer son offre de services et son rôle de soutien aux communautés ?   

J.M. : Je vais prendre deux exemples majeurs : le Centre Européen du Judaïsme dans le XVIIe et l’Espace du Judaïsme dans le XVIe. Deux arrondissements où de nombreux coreligionnaires se sont installés et où beaucoup de communautés privées se sont créées puisque le Consistoire était absent. Nous devons préserver les infrastructures communautaires, c’est-à-dire les rénover, les mettre aux normes et les sécuriser, mais également construire là où la communauté s’installe pour mettre à sa disposition tous les services de l’institution consistoriale. Pour autant, le Consistoire n’est pas qu’un prestataire de services incontournables. Il a pour mission d’enrichir la vie juive, de lui insuffler de l’âme et du sens. C’est la raison pour laquelle la synagogue est le cœur de la vie communautaire avec ses cours, ses conférences, ses soirées, etc. C’est ce besoin qui s’exprime par exemple à Créteil et à Courbevoie où nous créons deux nouvelles synagogues. 


A.J.: Comment l’institution va-t-elle orchestrer toutes ces évolutions ? 

J.M. : Je continue de croire à la mutualisation des moyens au sein du Consistoire. J’ai toujours encouragé cette approche qui permet d’apporter des réponses concrètes et adaptées aux besoins du terrain. Il est évident par exemple que le travail conjoint mené par les équipes du Consistoire Central et du Consistoire de Paris donne aux actions un suivi et un rendu plus efficaces. Cette logique est aussi nécessaire dans la gestion quotidienne des communautés. La responsabilité du Consistoire de maintenir en activité des communautés qui se sont dépeuplées et qui ont par conséquent moins de moyens, passe par le fait d’avoir recours à la solidarité des communautés plus dynamiques et cette péréquation est la force du Consistoire. Cette logique mutualiste solidaire nous permet également d’identifier et d’agir de concert sur des initiatives porteuses comme la Hazak. En un mot, d’harmoniser notre vision pour bâtir des projets structurants pour le judaïsme français, comme le Consistoire l’a toujours fait. Nos enfants et nos petits-enfants sont les héritiers d’un judaïsme à la française que le Consistoire a contribué à façonner au fur et à mesure des siècles passés. L’institution a été un catalyseur de citoyenneté pour les Juifs de toutes origines et un lieu d’affirmation identitaire et de rassemblement dans la maison commune qui a été et qui demeure la synagogue/centre communautaire. Nous devons maintenir ce modèle original de judaïsme à la française et répondre aux nouveaux défis qui se posent. 


A.J.: Sont-ils liés à ce que vous aviez appelé l’Alyah intérieure et l’Alyah interne ? Rappelez-nous le sens de vos expressions.

J.M. : Par Alyah intérieure, en référence à la montée vers Israël qui doit rester un choix de cœur, que nous défendons, j’évoquais le retour aux racines familiales juives de personnes qui faisaient, pour la première fois, un pas vers leur communauté d’origine. L’Alyah interne concerne, elle, le mouvement migratoire des juifs qui changent de quartiers. Ces deux concepts sont différents mais ils se rejoignent en réalité car partout où des juifs partiront, ils ne seront pas remplacés, mais ils viendront augmenter la population de la communauté où ils iront s’installer. Cela explique qu’il faille renforcer nos structures et pousser les communautés à être plus accueillantes vis-à-vis des juifs éloignés. Cela signifie aussi qu’il faut rester solidaire des communautés en voie de dépeuplement. Il n’est pas question de fermer une structure qui continue de rassembler et d’être un lieu pivot de la vie juive. La mise en lumière des valeurs que porte notre patrimoine est le véritable sens de ce 210e anniversaire. Profitons de ce moment pour se dire : « Nous sommes toujours dans l’action. Juifs, venez ‘habiter’ votre patrimoine. Il est vivant. Il vous appartient. Nous avons passé des décennies à le construire pour vous et les enfants de vos enfants ! ». Disons à nos concitoyens comme aux pouvoirs publics de se sentir aussi solidaires et responsables. « Si vous ne voulez pas que ce patrimoine devienne un musée, il faut nous aider à le faire vivre. La France doit soutenir les Juifs pas seulement dans leurs souffrances, mais aussi dans leurs projets et leur vie quotidienne ».

Powered by Edreams Factory