Default profile photo

23 Juin 2018 | 10, Tammuz 5778 | Mise à jour le 21/06/2018 à 11h38

Rubrique Judaïsme

Chavouot : Une Torah et une nation

(DR)

Le commentaire de la semaine par Rav Chlomo Aviner, Roch Yechiva de la Yechiva Ateret Cohanim Grand rabbin de Beit El

Une question philosophique nous interpelle à l'approche de Chavouot : est-ce en recevant la Torah sur le mont Sinaï que nous sommes devenus la nation juive à part entière, ou bien la Torah nous a-t-elle été donnée par Dieu uniquement parce que nous étions dès l'origine une nation singulière ? Autrement dit : l'émergence de notre nation précède-t-elle la Torah, ou est-ce plutôt la Torah qui précède la nation ?

Le Midrach nous rapporte cette question d'un homme de valeur au prophète Élie : "J'ai un problème grave car j'ai deux grands amours : le peuple d'Israël et la Torah… Et ne sais lequel aimer le plus !". Le prophète Élie lui répondit : "D'après l'opinion générale, la Torah est prioritaire sur le peuple. Mais j'estime pour ma part que c'est le peuple d'Israël qui précède la Torah !" 

Comment interpréter ces propos du prophète ? En effet, la Torah est clairement d'origine divine et, en tant que telle, elle est parfaite, tandis que le peuple juif est une réalité terrestre : il possède ses qualités, mais aussi ses défauts.

La réponse est simple : nous ne parlons pas du peuple d'Israël en tant que phénomène terrestre, mais plutôt de sa nature, de son âme, de son essence. Au-delà du corps matériel, l'être humain possède aussi une âme qui l'anime et qui est une étincelle divine. Il en est de même pour la nation juive, dont l'âme est antérieure à la création de l'univers. En fait, la Torah a ensuite été donnée au monde parce qu'il existait dans ce monde, au travers du peuple d'Israël, un réceptacle pour l'accueillir. Depuis l'origine de l'univers, cette Torah et ce peuple ont été conçus pour s'unir. Avant d'avoir été inscrite dans la Bible, la Torah a été gravée en grandes lettres divines au plus profond de l'âme juive.

Ce n'est donc pas la pratique de la Torah qui a forgé l'âme d'Israël, mais plutôt le contraire : c'est l'âme juive qui s'est dévoilée à travers les commandements de la Torah. Elle est donc le « document secret » qui nous révèle le plus profond de notre intériorité. Ceci apparaît dans la formulation de la bénédiction que nous prononçons avant l'étude de la Torah : « Béni sois-Tu, Éternel notre Dieu… qui nous as choisis d'entre les nations et qui nous as donné Ta Torah ». Nous avons été choisis par Dieu, et c'est pour cela que le Créateur nous a donné la Torah.

Nous en déduisons un point capital : même si un Juif ne respecte pas les commandements divins, il n'en demeure pas moins juif et conserve au plus profond de lui-même l'identité d'Israël. De même, si un non-juif respectait tous les commandements, cela ne pourrait suffire à faire de lui un juif à part entière. 

S'il en est ainsi, pourquoi était-il nécessaire de nous donner cette Torah au mont Sinaï ? Pourquoi ne pas nous laisser guider par notre nature intrinsèque qui, forgée par l'Éternel, ne devrait être que positive et bénéfique ?

C'est justement ce qui s'est produit à l'époque de nos trois Patriarches, Avraham, Itshak et Yaacov. Selon nos Sages, les Patriarches respectaient les commandements de la Torah avant même qu'elle n'ait été donnée et, pour ce faire, ils se laissaient guider par leur nature profonde et par leur conscience. Ils percevaient naturellement les devoirs moraux et spirituels qui plus tard, lors du don de la Torah, seraient transmis aux enfants d'Israël.  

Pourtant, il y a un revers à cette médaille : à travers une recherche foncièrement humaniste, l'être humain peut facilement sombrer dans l'erreur. Lorsque la Torah a été révélée sur le mont Sinaï dans toute sa clarté, les doutes des êtres humains ont été levés : ce n'est plus l'homme qui est en quête de D.ieu, mais bien D.ieu qui parle à l'homme, et en particulier aux enfants d'Israël, en leur révélant leur identité la plus profonde. Spécifique au peuple juif, cette écoute de la Torah ne s'est pas dissipée au fil des siècles: c'est elle qui nous a permis de nous renforcer et de raffermir notre foi en D.ieu et, finalement, de devenir peu à peu pleinement ce que nous sommes vraiment.

Powered by Edreams Factory