Default profile photo

20 Août 2018 | 9, Elul 5778 | Mise à jour le 27/07/2018 à 12h36

25 août - Chabbat Ki Tétsé : 20h31 - 21h38

Rubrique Monde juif

Grande-Bretagne : la Tour de Londres reconnue comme « site d’histoire juive »

(DR)

La célèbre Tour de Londres va, bientôt, être présentée à ses visiteurs comme un « site clef » du patrimoine juif médiéval anglais. Ce, après que des recherches ont montré son « importance particulière pour les juifs londoniens ».

Tous les ans, trois millions de visiteurs viennent découvrir la célèbre tour de Londres. Désormais, suite à la publication d’une nouvelle recherche sur l’histoire de cette dernière, certains tours organisés sur place ainsi que le module éducatif destiné aux écoles montreront « la signification particulière (de l’endroit) pour les juifs de Londres ». Rupert Gavin, le directeur des « Historic Royal Palaces », a précisé, en outre, qu’il cherchait les moyens pour « représenter de manière vivante la présence juive » dans ce site. Qui, fut notamment défendu, en 1267, par des juifs en armes s’opposant à la révolte des barons menée par Simon de Montfort, révolte visant à détrôner le roi d’Angleterre.

Mais, l’histoire juive de la Tour ne se résume pas à cette seule action d’éclat. En effet, comme l’explique Sally Dixon-Smith, la conservatrice des collections de la Tour, qui vient de publier ladite recherche sur les liens entre le lieu et les juifs, « la position de la communauté juive est centrale pour comprendre » l’histoire de l’Angleterre de l’époque et celle du site. 

Ainsi, après avoir « épluché » moult documents, elle a découvert que les juifs de la capitale étaient venus régulièrement se réfugier là lors d’émeutes violentes dirigées contre eux. Comme en 1189 à l’occasion du couronnement de celui qui allait être connu sous le nom de Richard Coeur de Lion. Au 13ème siècle, lors de ce que l’on peut nommer un pogrom, les juifs sont même restés dans la Tour pendant plusieurs mois!

C’est aussi dans cette même tour que les juifs londoniens venaient réclamer justice. « Les juifs étaient considérés comme propriété de la Couronne, dit la conservatrice. Ils relevaient, donc, de la juridiction des constables (commissaires royaux, ndlr) ». En même temps, lors de cette période, juifs et chrétiens étaient taxés séparément et « la protection royale et l’accès au tribunal royal avaient un prix ». Les juifs payaient, donc, de lourds impôts et une partie de l’argent ainsi collecté a servi à l’extension de la Tour ainsi qu’à la construction de sa célèbre « Porte des Traîtres ».

La Tour de Londres était aussi une prison. Y furent incarcérés des juifs accusés de meurtres rituels (à la fin du 13ème siècle) ou ceux soupçonnés, en 1278, d’avoir « rogné » le bord de pièces en argent. Sur les 600 chefs de familles enfermés pour cette raison (dont la grande majorité était innocente), plusieurs furent exécutés. C’est enfin là qu’en décembre 1290, les juifs expulsés d’Angleterre furent regroupés pour qu’ils quittent définitivement le pays via la Tamise (puis la mer). Ce, après avoir dû s’acquitter d’un dernier impôt auprès du « constable » de la Tour. 

Powered by Edreams Factory